A propos de : LES JEUX DE NOURRICES

Que ce soit dans les lieux d’accueil collectif, chez les « nounous » et dans les familles, les jeux de nourrices ne sont plus très populaire. Comme leur nom l’indique, ils étaient « la spécialité » des nourrices qui avaient en charge un enfant (parfois deux) – souvent pour l’allaiter à la place de la mère. Bien entendu, les autres adultes entourant les enfants étaient amenés occasionnellement à les pratiquer, tout le monde en connaissait au moins quelques-uns, ils faisaient partie du quotidien. Jeux rituels et répétés, proposés dès les premiers mois, ils servaient à distraire, rassurer, apaiser, à passer le temps. Il n’y a plus guère de nourrices (au sens premier du terme) aujourd’hui. Le répertoire a été plus ou moins conservé, mais la pratique a beaucoup reculé. Pourtant quel trésor !

mère enfant

Avant d’aller plus loin je propose une définition, une parmi d’autres possibles, la notion est un peu imprécise. J’appelle jeux de nourrices les jeux adressés à de très jeunes enfants, basés sur une formulette, une courte chanson, une petite histoire qui se pratiquent à deux, un adulte un enfant. « Bateau sur l’eau, « à dada sur mon bidet », les sauteuses ou les jeux de doigts en sont des exemples typiques.

Ces jeux ont des particularités, à mon avis, très intéressantes. Le rapport privilégié qui s’instaure dans ces circonstances entre l’adulte et l’enfant est très fertile. D’abord, le rapport duel permet une grande plasticité. Chaque jeu, chaque chanson, le choix même du répertoire sera adapté au plus près de l’enfant singulier à qui il va être proposé. D’autre part la proximité physique – l’enfant est souvent sur les genoux, où on manipule ses mains , on touche son visage, on le porte, etc. – et « l’intimité » – les autres sont provisoirement exclus – offrent une grande sécurité affective. Les jeux de nourrices conviennent aux timides, adultes ou enfants ! Dans ces moments précieux, des liens se tissent, des émotions s’échangent. Le groupe nous contraint toujours à « surveiller », à contrôler notre comportement ; la complicité d’un moment « juste toi et moi » au contraire nous autorise le lâcher-prise. Même entre une mère et son enfant, quelque chose de plus se construit par le biais de ces jeux, alors pour les pères, les puéricultrices, les nounous et tous ceux qui côtoient les tout-petits quels bénéfices inestimables !

Deux clefs pour bien jouer : répétition et répétition.

Un secret pour bien réussir les jeux de nourrices (mais est-ce vraiment un secret ?) c’est de bien répéter avant de se lancer. D’abord bien apprendre le texte. La plupart du temps il est très court, mais attention il faut toujours dire les mêmes mots et si possible avec les mêmes intonations. N’oubliez pas que le jeu de nourrice est proche d’un rituel. Ensuite préciser les gestes, les mouvements, etc. pourquoi pas devant un miroir ou avec un adulte « consentant », d’accord pour vous servir de cobaye. Enfin, bien choisir les premiers enfants à qui vous allez proposer le jeu ainsi que le moment le plus propice. Les premières fois sont importantes pour vous comme pour les enfants : si ça ne marche pas bien, les enfants seront moins enclins à refaire ce jeu et vous serez moins à l’aise pour le proposer à nouveau.

main gauche avec chapeauMême bien réussies les premières fois ne sont jamais les meilleures. C’est dans la répétition que les jeux de nourrices dévoilent tout leur potentiel. Plus l’enfant connaît chaque détail, chaque évènement – avant tout la « chute »- plus il prend de plaisir. Immanquablement, même si il parle à peine, il dira progressivement les mots avec vous. Les bébés réagissent aussi à ces répétitions en montrant leur intérêt et leur impatience par les gestes, le babil et les regards. Quant aux plus grands, ils finiront pour s’approprier complètement certains jeux et à y jouer entre eux ou mieux, à inverser les rôles en faisant le jeu pour vous !

Un petit jeu de nourrice, c’est à peine une minute, une parenthèse, du presque rien. Un rapport singulier à l’autre aussi, une implication particulière de l’adulte. Un savoir-faire et un savoir-être. Un peu de l’essentiel s’illustre là, dans ces jeux lilliputiens.

Bien sûr, il faut se dévoiler, s’impliquer, et puis s’extraire du groupe et de ses demandes (sa tyrannie diront certains), choisir le bon moment, avoir du répertoire. C’est beaucoup … au début. Mais quand on se lance et que « ça marche » que de beaux fruits récoltés, que de joie, que de rires, des instants de grâce peut être. J’exagère ? Essayez !

Repères discographiques

Les jeux de nourrice, même quand ils sont chantés, sont plus proches des jeux que des chansons; on les joue, on les anime, on les partage physiquement. Les écouter assis bien sagement devant l’appareil à musique ou en « musique de fond » n’a pas grand sens. Les enregistrements sont une façon de diffuser le répertoire, à vous de vous en emparer et de jouer avec les enfants sans intermédiaire. Aussi, pour cette discographie j’ai choisi les CD surtout pour le répertoire qu’ils contiennent en étant peut-être un peu moins tatillons en matière de qualités techniques, musicales et d’interprétations.

9782278056491-G-2Les jeux chantés des tout-petits 0-3 ans
Didier jeunesse 2007 et 2013
42 jeux chantés (surtout jeux de doigts) en 28 minutes (pas de longueur !)
sélectionnées et commentées par Evelyne Resmond-Wenz
livre 22 x 24 Direction musicale Prual
N.B : Ne vous laissez pas abuser par le stiker ridicule de la réédition 2013 (« Le best des crèches et des maternelles ») qui rappelle les compilations piteuses qui fleurissent régulièrement dans les bacs des disquaires, c’est un très bon (et beau) livre-disque.

3661585844389_600-4

75 Chansons, comptines et jeux de doigts
Enfance et musique 1987
Beaucoup des titres de ce CD très populaire entrent dans la catégorie des jeux de nourrice telle que je l’ai proposée au début de la chronique.
(Vous trouverez dans le copieux catalogue des productions d’Enfance et musique d’autres cd contenant des jeux de nourrice pour alimenter votre répertoire)

Petit oiseau d’or (plus édité)
Nathan 1983
Toujours une référence 30 ans après sa sortie. Une cinquantaine de titres réunis par Anne Bustaret qui regroupe une bonne partie de ce que l’on peut considérer comme le corpus de base des chants et des jeux traditionnels pour les tout-petits.

i

Mon imagier des amusettes vol. 1 et 2

Gallimard jeunesse 2001/2011 et 2007/ 2010
2 fois 16 chansons traditionnelles. Beaucoup de jeux de nourrice expliqués en images. Du beau travail en collaboration avec Anne Bustaret – gage de qualité.

Comptine, berceuses et jeux chantés d’Europe (plus édité)
Nathan (1992/1997/2005)
Idéal pour un répertoire ouvert sur le monde (voir la chronique à ce sujet dans les archives). 10 pays d’Europe sont représentés. Devinez qui est à la conception pédagogique : Anne Bustaret !

Parmi les règles que je me suis fixées pour l’écriture de ces chroniques, il y en a une, évidente, qui m’interdit de chroniquer mon propre travail. Je me contenterai donc ici de mentionner, sans plus de commentaire, les références des CD de Mandarine qui contiennent des jeux de nourrices.

« Miniatures » (manda 2607)
« Deux mains, dix doigts » (manda 1910)
« Bel oiseau » (à paraître)
Association Mandarine 2007 2010 2014

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire