Archive | janvier, 2014

PORTRAIT D’ARTISTE : Hervé Suhubiette

Hervé Suhubiette est auteur, compositeur, interprète. Amoureux des mots, jazzy en diable, il navigue avec une belle liberté entre humour et poésie. Ces chansons s’adressent plutôt aux « grands », disons à partir de 7 ans. A vrai dire j’hésite à en dire beaucoup plus à son sujet. Pas par flemme, non, mais plutôt parce que ses chansons, souvent à la première personne, le présentent mieux que je ne saurais le faire – sans parler de son site internet très complet et très généreux.

201012171196
Un mot quand même sur la musique. Entouré d’une équipe fidèle autant que talentueuse Hervé propose des mélodies et des harmonies subtiles, un poil sophistiquées parfois, en tout cas jamais « plan-plan ». Aucune concession à la mode, pas de ritournelle simplette et déjà mille fois entendue. Peu ou pas de voix d’enfants sur les disques mais qui a dit que c’était obligatoire ? En fait, rien ne manque et surtout pas le style. Que ce soit pour l’écriture (texte et musique) ou pour l’interprétation nous avons à faire à un artiste exigeant et singulier. Tant mieux, ça n’est pas si fréquent.

Discographie

La java des couleurs
Auvidis 1996
Réédition Naïve 2002
Très bon album écrit, composé et interprété en duo avec Catherine Vaniscotte. 13 chansons, une recette-incantation, un dialogue et deux plages instrumentales du meilleur tonneau autour du thème des couleurs. Textes, musiques et interprétations (chanteur et musiciens) sont comme toujours chez Monsieur Suhubiette d’excellente qualité. Livret avec toutes les paroles.

La grande évasion
Harmonia mundi 2002
Réédition 2011 en livre-cd avec de nouvelles illustrations et une histoire
C’est mon préféré, je vous en ai déjà parlé en détail dans la série « La discothèque idéale de Monsieur Mandarine ». Rendez-vous dans les archives.

Quartier libre
2006 L’autre distribution
12 belles et bonnes chansons. L’artiste est bien entouré, musiciens, paroliers et compositeurs sont irréprochables. Elise Caron, Catherine Vaniscotte, Michèle Bernard et Jehan ont prêté leur voix pour quelques chansons. Ca parle de gens, de liberté, de plumes, du feu, du vent. C’est bourré d’humour et d’émotions. Très chouette livret avec les paroles. Ma préférée ? « La goualante des gardiens de musée ».

Tremblements de tête
Harmonia mundi 2010
Didier jeunesse 2010 pour le cd-livre
Son album le plus personnel, il a écrit tous les textes et toutes les musiques à l’exception de « Fragile » texte dit sur la danse roumaine n°2 de Béla Bartok. Tout est à la première personne c’est un peu un portrait, une autobiographie en chanson et comme souvent quand c’est sincère, quand c’est bien fait « ça parle » à tout le monde … adultes compris. J’aime particulièrement « Pour entrer dans ma tête », « Ma grand-mère est au ciel », « On voyage ».

Pas vu pas pris
Didier jeunesse 2014
Un CD livre joliment illustré; 15 chansons assez brèves (huit d’entre elles font moins de deux minutes et le total fait 28 minutes); deux musiciens pour accompagner la voix d’Hervé – ça peu sembler maigre mais vu la qualité de ces accompagnateurs, rien ne manque. Pour une fois mister Suhubiette n’a pas écrit les textes (ils sont de Bernard Friot), se contentant des musiques et de l’interprétation. Son style se déploie une fois de plus dans toute sa singularité. Pour les arrangements de ces chansonnettes, il s’est beaucoup amuser à créer des polyphonies en enregistrant plusieurs fois sa propre voix – quitte à aggraver le chômage chronique des choristes …

200905140023Plus

Monsieur Offenbach à la fête
Didier jeunesse 2011
Un beau livre disque qui présente sous la forme d’un opéra bouffe en un acte la vie et l’univers musical de maître Offenbach. Texte de Gille Avisse, le récitant n’est autre qu’Olivier Saladin . Les musiques (d’Offenbach donc) sont orchestrées et dirigées par Hervé Suhubiette. Et devinez quoi, c’est vraiment très bien fait. On s’y attendait un peu. Reste à aimer l’opérette.

Rira bien qui rira le dernier
Didier jeunesse 2008
Trois bonnes histoires à lire et à écouter – c’est un livre cd.
En introduction de chaque histoire Hervé Suhubiette décline sa chanson « Il était une fois » (La première de l’album « La grande évasion »)

Chansons pour fêter noël
Didier jeunesse 2011
Sur cette compilation Hervé chante « Vive le vent » de Francis Blanche et Rolf Marbot (vous saviez ça ?) et « Noël c’est comme un rythme de jazz ».

Notez enfin que Mister Suhubiette chante aussi pour les grands – ses chansons à lui mais aussi Brassens et Nougaro.

201001210739

A propos de : LES JEUX DE NOURRICES

Que ce soit dans les lieux d’accueil collectif, chez les « nounous » et dans les familles, les jeux de nourrices ne sont plus très populaire. Comme leur nom l’indique, ils étaient « la spécialité » des nourrices qui avaient en charge un enfant (parfois deux) – souvent pour l’allaiter à la place de la mère. Bien entendu, les autres adultes entourant les enfants étaient amenés occasionnellement à les pratiquer, tout le monde en connaissait au moins quelques-uns, ils faisaient partie du quotidien. Jeux rituels et répétés, proposés dès les premiers mois, ils servaient à distraire, rassurer, apaiser, à passer le temps. Il n’y a plus guère de nourrices (au sens premier du terme) aujourd’hui. Le répertoire a été plus ou moins conservé, mais la pratique a beaucoup reculé. Pourtant quel trésor !

mère enfant

Avant d’aller plus loin je propose une définition, une parmi d’autres possibles, la notion est un peu imprécise. J’appelle jeux de nourrices les jeux adressés à de très jeunes enfants, basés sur une formulette, une courte chanson, une petite histoire qui se pratiquent à deux, un adulte un enfant. « Bateau sur l’eau, « à dada sur mon bidet », les sauteuses ou les jeux de doigts en sont des exemples typiques.

Ces jeux ont des particularités, à mon avis, très intéressantes. Le rapport privilégié qui s’instaure dans ces circonstances entre l’adulte et l’enfant est très fertile. D’abord, le rapport duel permet une grande plasticité. Chaque jeu, chaque chanson, le choix même du répertoire sera adapté au plus près de l’enfant singulier à qui il va être proposé. D’autre part la proximité physique – l’enfant est souvent sur les genoux, où on manipule ses mains , on touche son visage, on le porte, etc. – et « l’intimité » – les autres sont provisoirement exclus – offrent une grande sécurité affective. Les jeux de nourrices conviennent aux timides, adultes ou enfants ! Dans ces moments précieux, des liens se tissent, des émotions s’échangent. Le groupe nous contraint toujours à « surveiller », à contrôler notre comportement ; la complicité d’un moment « juste toi et moi » au contraire nous autorise le lâcher-prise. Même entre une mère et son enfant, quelque chose de plus se construit par le biais de ces jeux, alors pour les pères, les puéricultrices, les nounous et tous ceux qui côtoient les tout-petits quels bénéfices inestimables !

Deux clefs pour bien jouer : répétition et répétition.

Un secret pour bien réussir les jeux de nourrices (mais est-ce vraiment un secret ?) c’est de bien répéter avant de se lancer. D’abord bien apprendre le texte. La plupart du temps il est très court, mais attention il faut toujours dire les mêmes mots et si possible avec les mêmes intonations. N’oubliez pas que le jeu de nourrice est proche d’un rituel. Ensuite préciser les gestes, les mouvements, etc. pourquoi pas devant un miroir ou avec un adulte « consentant », d’accord pour vous servir de cobaye. Enfin, bien choisir les premiers enfants à qui vous allez proposer le jeu ainsi que le moment le plus propice. Les premières fois sont importantes pour vous comme pour les enfants : si ça ne marche pas bien, les enfants seront moins enclins à refaire ce jeu et vous serez moins à l’aise pour le proposer à nouveau.

main gauche avec chapeauMême bien réussies les premières fois ne sont jamais les meilleures. C’est dans la répétition que les jeux de nourrices dévoilent tout leur potentiel. Plus l’enfant connaît chaque détail, chaque évènement – avant tout la « chute »- plus il prend de plaisir. Immanquablement, même si il parle à peine, il dira progressivement les mots avec vous. Les bébés réagissent aussi à ces répétitions en montrant leur intérêt et leur impatience par les gestes, le babil et les regards. Quant aux plus grands, ils finiront pour s’approprier complètement certains jeux et à y jouer entre eux ou mieux, à inverser les rôles en faisant le jeu pour vous !

Un petit jeu de nourrice, c’est à peine une minute, une parenthèse, du presque rien. Un rapport singulier à l’autre aussi, une implication particulière de l’adulte. Un savoir-faire et un savoir-être. Un peu de l’essentiel s’illustre là, dans ces jeux lilliputiens.

Bien sûr, il faut se dévoiler, s’impliquer, et puis s’extraire du groupe et de ses demandes (sa tyrannie diront certains), choisir le bon moment, avoir du répertoire. C’est beaucoup … au début. Mais quand on se lance et que « ça marche » que de beaux fruits récoltés, que de joie, que de rires, des instants de grâce peut être. J’exagère ? Essayez !

Repères discographiques

Les jeux de nourrice, même quand ils sont chantés, sont plus proches des jeux que des chansons; on les joue, on les anime, on les partage physiquement. Les écouter assis bien sagement devant l’appareil à musique ou en « musique de fond » n’a pas grand sens. Les enregistrements sont une façon de diffuser le répertoire, à vous de vous en emparer et de jouer avec les enfants sans intermédiaire. Aussi, pour cette discographie j’ai choisi les CD surtout pour le répertoire qu’ils contiennent en étant peut-être un peu moins tatillons en matière de qualités techniques, musicales et d’interprétations.

9782278056491-G-2Les jeux chantés des tout-petits 0-3 ans
Didier jeunesse 2007 et 2013
42 jeux chantés (surtout jeux de doigts) en 28 minutes (pas de longueur !)
sélectionnées et commentées par Evelyne Resmond-Wenz
livre 22 x 24 Direction musicale Prual
N.B : Ne vous laissez pas abuser par le stiker ridicule de la réédition 2013 (« Le best des crèches et des maternelles ») qui rappelle les compilations piteuses qui fleurissent régulièrement dans les bacs des disquaires, c’est un très bon (et beau) livre-disque.

3661585844389_600-4

75 Chansons, comptines et jeux de doigts
Enfance et musique 1987
Beaucoup des titres de ce CD très populaire entrent dans la catégorie des jeux de nourrice telle que je l’ai proposée au début de la chronique.
(Vous trouverez dans le copieux catalogue des productions d’Enfance et musique d’autres cd contenant des jeux de nourrice pour alimenter votre répertoire)

Petit oiseau d’or (plus édité)
Nathan 1983
Toujours une référence 30 ans après sa sortie. Une cinquantaine de titres réunis par Anne Bustaret qui regroupe une bonne partie de ce que l’on peut considérer comme le corpus de base des chants et des jeux traditionnels pour les tout-petits.

i

Mon imagier des amusettes vol. 1 et 2

Gallimard jeunesse 2001/2011 et 2007/ 2010
2 fois 16 chansons traditionnelles. Beaucoup de jeux de nourrice expliqués en images. Du beau travail en collaboration avec Anne Bustaret – gage de qualité.

Comptine, berceuses et jeux chantés d’Europe (plus édité)
Nathan (1992/1997/2005)
Idéal pour un répertoire ouvert sur le monde (voir la chronique à ce sujet dans les archives). 10 pays d’Europe sont représentés. Devinez qui est à la conception pédagogique : Anne Bustaret !

Parmi les règles que je me suis fixées pour l’écriture de ces chroniques, il y en a une, évidente, qui m’interdit de chroniquer mon propre travail. Je me contenterai donc ici de mentionner, sans plus de commentaire, les références des CD de Mandarine qui contiennent des jeux de nourrices.

« Miniatures » (manda 2607)
« Deux mains, dix doigts » (manda 1910)
« Bel oiseau » (à paraître)
Association Mandarine 2007 2010 2014

Calendrier mis à jour

Retrouvez le calendrier de Mandarine à cette adresse :

http://assomandarine.fr/spectacles/calendrier-des-spectacles/

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre ! ) : Chanter juste, juste chanter

Chanter juste, juste chanter
Vous chanter faux ? Pas si sûr !

« Elle chante tellement faux que même les sourds refusent de regarder ses lèvres bouger. »
Woody Allen

Un œil sain ne déforme pas les formes ; de la même façon une oreille saine ne déforme pas les sons. Entendre flou n’existe pas sauf dans certains cas de pathologies ORL et pour les personnes très âgées. Pour apprendre à dessiner, le problème n’est pas de voir ce que l’on veut reproduire mais d’éduquer sa main à le faire. Pour le chant c’est la même chose, on entend bien les mélodies, reste à éduquer sa voix. La première chose à faire est de chanter souvent ! La seconde est, tout aussi simplement, de s’appliquer. Et oui, c’est comme pour les enfants, dès que l’on mobilise son attention sur une tâche précise (ici reproduire une mélodie) les résultats sont immédiats. Bien entendu, avant le chant, il y l’écoute des sons à reproduire. Les mêmes règles s’appliquent : écouter beaucoup de chansons avec une attention soutenue.

voix1

Quelques conseils pratiques de base :
1. Ouvrez la bouche ! La qualité du son, timbre et justesse, s’en trouveront immédiatement améliorés.
2. Quand vous chantez, ne penchez la tête ni en avant (par timidité ou pour chanter plus grave – ce qui d’ailleurs ne marche pas) ni en arrière (pour porter votre voix plus loin ou pour chanter plus aigu – pour l’un comme l’autre ça ne marche pas non plus). Non seulement l’émission s’en trouve perturbée mais à la longue cela peut abimer vos précieuses cordes vocales. Pour vous aider, servez-vous du regard en fixant un point « à l’horizon ».
3. Chaque voix a un registre propre, au-delà de certaines hauteurs vers le grave ou vers l’aigu la voix devient progressivement inaudible et … fausse. Il faut donc veiller à chanter les chansons et placer sa voix parlée dans un registre qui correspond à notre physiologie. Quand on ne possède qu’un petit registre, il est possible, avec de la pratique, de l’élargir, parfois de façon spectaculaire.
4. Les expressions du visage et du corps doivent être  » en phase » avec ce que vous chantez. Comme pour le chant lui-même, il y a là une certaine timidité à vaincre. Non seulement il faut livrer sa voix sans retenue mais aussi son visage, son corps et ses émotions.
5. Un excellent exercice pour la maîtrise de la voix consiste à la transformer. Reproduire les sons du quotidien, les bruits de la nature, les cris des animaux, imiter des personnages, prendre une voix d’ogre ou de sorcière sont autant d’opportunités pour expérimenter les possibilités d’une voix et l’assouplir un peu. Avec les enfants, entre chansons et histoires, les occasions ne manquent pas. Bien entendu, il ne faut jamais « forcer ». Si telle imitation vous chatouille la gorge au bout de quelques phrases, ne continuez pas.
6. Si vous êtes aphone – ce qui peut gravement vous handicaper quand votre voix est un outil indispensable dans votre profession – vous trouverez, en cherchant un peu, des tas de médicaments, de « trucs » et de recettes miracles. Mais n’en attendez pas trop, la trilogie : dormir, se taire et attendre que ça passe restent le remède le plus efficace. (Bien sûr une bonne dose de cortisone fera des merveilles et certains médecins n’hésiteront pas à vous en proposer. Mais à moins que vous ayez un discours important à prononcer aux Nations-Unies ou un concert à l’Olympia dans quelques heures, c’est franchement déconseillé.)

quatuor-live2

Travailler sa voix:
Pour la voix parlée, il existe des cours et des manuels de diction. La pratique du théâtre est également profitable. Pour le chant en dehors des cours – souvent assez chers – les chorales sont souvent d’excellentes écoles. Il y en a tellement que vous en trouverez forcement une pas loin de chez vous. Les librairies et les bibliothèques, enfin, regorgent d’ouvrages pédagogiques qui vous aideront à progresser. Voix parlée et voix chantée y sont souvent abordées ensemble.
Je vous en propose trois – parmi bien d’autres- que l’on trouve assez facilement et qui sont à la fois simples et pratiques :

Trouver sa voix de L.J. Rondeleux éd. Seuil, 1977
La technique vocale tout simplement de H. Pata éd. Eyrolles,
ABC de la voix de C.Guedj éd. Grancher.

9782738108104FS

Plus Le guide de la voix du docteur Yves Ormezzano
Odile Jacob 2000
Un livre vraiment très complet qui aborde tous les aspects de la voix. Il y a même un gros chapitre sur la voix au cours de la vie du bébé au vieillard. 430 pages denses avec des illustrations, un index et un bibliographie en prime.