Archive | décembre, 2013

PETITE COLLECTION DE CURIOSITES : KALOR UR VAMM

« Kalon ur vamm  » de Sofi Le Hunsec et Yves Ribis. Berceuses de Bretagne (vol 1 et 2)

C’est une maman, Sophie, qui chante et un papa, Yves, qui joue de la guitare, s’occupe des arrangements et de la prise de son. Pour et avec leurs enfants ils ont fait deux bien jolis disques. Accompagnés par quelques flûtes, une harpe et un quatuor à cordes ils proposent un répertoire de chansons bretonnes. Compositions, arrangements, croisements, emprunts, réécritures et mélanges, tout est bon pour composer ce beau bouquet de musiques : 13 belles et bonnes berceuses, un instrumental, deux comptines et un jeu de doigts.

Sophie Le Hunsec est une magnifique chanteuse. Sa voix souple et franche, sans afféterie, est idéale pour ce répertoire. Sur le second CD quelques chansons sont interprétées par Véronique Bourjot et Bleunwenn Mevel, deux chanteuses également talentueuses. Pour ceux qui ne connaissent pas la langue bretonne (pas un mot de français dans les CD) c’est une très belle occasion pour découvrir ses saveurs et ses parfums. Quant à l’accompagnement musical, il est à la fois sobre et élégant, inventif et toujours au service de la chanson – pas de place ici pour les démonstrations de virtuosité tant dans le jeu des instrumentistes que dans l’écriture musicale.

kuv_1_2

Les versions instrumentales des chansons qui complètent le programme du CD 1 invitent sans doute à les chanter soi-même mais c’est aussi – surtout ? – l’occasion de prolonger la rêverie. C’est vraiment tout en douceur, les plages font toutes entre 4 et 5 minutes 30 et les parties musicales sont, la plupart du temps, répétées sans variations : l’effet est quasi hypnotique. Idéal pour glisser vers le sommeil, les berceuses sont faites pour ça !

Le livret donne les paroles des chansons en breton et en français. On peut y lire ceci, qui, je crois, dit l’essentiel :

« Le symbole de la mère dans les cultures bretonnes et celtiques remonte aux âges les plus anciens. Il en est de même pour les berceuses qui se transmettent de cœur en cœur depuis la nuit des temps.

Kalon ur Vamm, « Le cœur d’une mère » se veut le trait d’union entre ces chants universels enfouis dans les mémoires et l’expression musicale contemporaine.

Demain, les moyens de communication seront sans doute sophistiqués et plus nombreux, mais rien ne pourra remplacer le chant d’une mère pour son enfant. »

« Kalom ur vamm » Berceuse de Bretagne Ar nevez

Les deux CD sont réunis dans un coffret. On peut se le procurer auprès de la Coop Breizh .

Si vous voulez écouter plus de musiques bretonnes pour les enfants je vous suggère d’écouter « Comptines et berceuses de Bretagne » Didier jeunesse 2009, un très beau livre-disque qui propose « 28 berceuses, comptines danses ou complaintes en breton ou en gallo pour découvrir la Bretagne dans toute sa diversité et sa richesse ». Comme toujours dans cette collection, c’est du beau travail.

A découvrir aussi le groupe « Les ours du Scorff » (5 CD et un livre). Deux chanteurs de musique traditionnelle bretonne accompagnés par d’excellents musiciens proposent des chansons de leur composition, souvent humoristiques et plutôt bien troussées. Les musiques et leur interprétation sont souvent « bretonnantes », mais d’autres traditions musicales sont également présentes dans le répertoire.

PETITE COLLECTION DE CURIOSITES : EN VOITURE AVEC LE ROI DES PAPAS DE VINCENT MALONE

Précisions liminaires que l’on peut passer si l’on sent qu’on ne va pas avoir le temps de lire toute la chronique. Vincent Malone est un drôle d’oiseau. Je lui consacrerai bientôt une chronique « portrait d’artiste ». Vous y trouverez pas mal d’informations sur sa bio-disco-biblio-musico-bidulographie.

roi des papas

Parmi tous ceux qu’il a enregistrés, j’ai choisi de chroniquer ce CD et je l’ai rangé dans la rubrique curiosités mais à vrai dire :

1. Il aurait aussi bien pu figurer dans ma discothèque idéale

2. J’aurais pu aussi bien en choisir un autre pour une chronique « curiosités », ils le sont presque tous, hors-normes, les CD du Roi des papas.

3. En fait, Vincent Malone est idéalement hors-norme. Voilà.

Maintenant, la chronique pour de bon

Bienvenue sur « Radio papa.voiture FM » c’est le sous-titre.

61 plages et 75 minutes : vous allez entendre une émission de radio pour enfants des plus improbables. En plus des chansons (toutes dans le plus pur style « roi des papas ») il a des interviews, des sketches, des appels d’auditeurs, des jeux, des blagues nulles, un bulletin météo, les infos, des jingles, enfin, tout ce qu’on entend habituellement sur les ondes. Bien entendu, tout ça est cuisiné à la sauce Malone. Pour vous donner une idée plus précise de l’objet du délit je choisis quelques plages et je vous les commente:

1. Plage 5 « Galère » une chanson rap parodique sur les départs en vacances. Bien vue, bien faite, très drôle et sans doute très « parlante » pour pas mal de familles.

2. Plage 9 et 10 L’animatrice propose à son invité (le roi des papas donc) d’écouter une chanson « pour les tout-petits ». Rien que l’intitulé l’inquiète. La chanson démarre et, en effet, elle est nulle. Vincent demande qu’on arrête tout de suite. S’en suivent des commentaires désobligeants à l’endroit de la chanson. C’est vrai que les chansons pour les tout-petits, des fois c’est … comment dire … .

3. Plage 15, « Y’a ka rouler », un très bon reggae sur l’ennui en voiture. C’est une chanson typique de son répertoire où l’on appréciera une fois encore l’étonnante plasticité de sa voix (1) et l’aisance avec laquelle il s’approprie tout un tas de styles musicaux.

4. Plage 21, une pub délirante: la montre-excuse qui invente des motifs farfelus pour justifier vos retards. Et farfelu, c’est peu dire.

5. Plage 30, une comptine (une vrai, pour apprendre à compter) façon Malone; forcément c’est pas comme d’habitude. Ca commence par un hérisson écrasé …

6. Plage 42, Luc, Yoann et la princesse Lépala : « En route pour Mars ». Une parodie de Star Wars bien givrée. J’en profite pour signaler que les nombreuses voix que l’on entend sur le disque – chanteurs (- euses) et surtout comédiens (- iennes), sont toutes excellentes.

7. Plage 58, « Les stations services » : encore une chansonnette très bien vue. Ah oui, au fait, pour ceux qui n’aurait pas suivit, c’est un CD à thème autour des voyages en voiture.

8. Plage 61, le casting du CD présenté en détail par le Roi des papas. Excellente idée, on s’intéresse rarement à l’envers du décor ; c’est l’occasion de découvrir tous les talents qu’il faut réunir pour réaliser un CD.

Vincentmalone

Voilà un aperçu sommaire mais suffisamment évocateur (enfin, j’espère) pour vous donner envie de partir en vacances avec le roi des papas. Le voyage paraîtra moins long, promis.

Si vous avez des, disons, moins de 6 ans avec vous, prévoyez quand même autre chose, pas sûr que tout les passionne. Sinon, soit dit entre-nous, ça s’écoute assez bien même sans enfants. Bon, pas forcément pour une petite virée romantique entre amoureux, c’est vrai, mais pour les autres essayez, vous m’en direz des nouvelles.

(1): Il me fait penser un peu à Steve Waring, bien que dans un genre assez différent. Une voix avec à la fois des basses magnifiques et un registre très étendu. Aussi à l’aise avec le parlé – ce sont deux très bons conteurs – qu’avec le chanté. Je reviendrai sans doute sur ces questions dans les « portraits d’artistes » (à venir) de nos deux Castafiores.

PETITE COLLECTION DE CURIOSITES : GRIBOUILLIS DE PASCAL AYERBE

Sur la pochette du CD, réalisée avec talent par Maron Bouillie (allons bon !) on peut lire : « Une ambiance ludique et farfelue ».
C’est le moins qu’on puisse dire.
Pascal Ayerbe est un humoriste musical comme le furent en leur temps Spike Jones et, plus récemment, les olibrius de Zik Zazou – deux références en la matière.

13 plages de musique instrumentale interprétées par le compositeur à base de kazoos, de métalo- xylo- bidulo- phones, de jouets musicaux divers, de pouêts, de meuh, de wizz et de dring, de râpes et autres ustensiles de cuisine, il y a même des guitares ! Gaston Lagaffe aurait adoré ces réjouissants Gribouillis.

pascal-ayerbe

Je ne résiste pas à l’envie de vous donner les titres des morceaux : « Les tournenrond », « Gling glong », « les petits tourniquets », « tchic ploum et kiclou », « yup », « hi hi », « p’tit vélo », « toc toc », « oop », « plic ploc », « tromboc », « Charlotte » (ah bon ?) et « mets tes gants sur ta tête ». Oui, ça donne une idée.

La musique est absolument hirsute mais c’est tout sauf du n’importe quoi. Ca tient la route comme on dit. « Tromboc » ou « Tchic ploum et klicou » (8 minutes et 55 secondes) par exemple illustrent parfaitement la maîtrise du bonhomme.

Il n’y a bien entendu pas d’âge pour écouter les gribouillis de Pascal Ayerbe. Par contre des circonstances, oui.

Pour une sieste, un retour au calme, une musique de fond feutrée… c’est plutôt déconseillé.

Pour une fête, un réveil tonique, un antidépresseur et la pratique des danses incongrues évidemment, là, c’est idéal. Pour des jeux d’écoute aussi, comme reconnaître les sons et deviner avec quoi ils sont produits – il y en a vraiment de toutes sortes.

Je sais, les chroniques de Mr Mandarine sont théoriquement dédiées à la chanson et « Gribouillis » est un album de musique instrumentale. Soit. Mais à mon oreille ces « Yup », « Oop » et « Plic ploc » raconte des histoires et ces petites ritournelles restent en mémoire.

Les chansons ça fait un peu ça non?

« Gribouillis »
Enfance et musique 2001 réf : DCDP89
Distribution Harmonia Mundi /Au merle moqueur

« Gribouillis »
Enfance et musique 2011
Distribution Harmonia Mundi /Au merle moqueur
C’est une réédition en livre-disque toujours illustrée par Maron Bouillie mais cette fois avec plus de place. En prime, des commentaires d’enfants passablement délirants ont été glissés entre les morceaux.

Pascal Ayerbe a enregistré d’autres CD du même genre et c’est tant mieux. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.pascalayerbe.com Le site est tout simplement génial. On y trouve bien plus que des infos, c’est tout un univers. Il y a même une interactivité qui fera de vous un Ayerbiste … en herbe !

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : TOUS A LA BILIOTHEQUE

Trouver, choisir et renouveler son répertoire de danses, de jeux et de chansons

Pour les professionnels comme dans le cadre familial, le premier obstacle à une pratique riche et vigoureuse des activités liées à la musique avec les enfants, est peut-être la difficulté à trouver, choisir et renouveler son répertoire. Pour la résoudre, rien n’égalera en richesse et en pertinence vos recherches en bibliothèque parce que dans ces lieux vous allez rencontrer… des bibliothécaires. Certes tous ne sont pas spécialistes de la musique pour enfants mais dans chaque bibliothèque vous en trouverez au moins un ou une qui saura vous guider.

Vous voulez danser avec des enfants de 3 ans ? Essayez ça et ça. Des comptines sur le thème de la nature et des saisons ? Ces trois-là sont vraiment bons. Des berceuses africaines ? Pas d’hésitation, prenez celui- là. Vous pouvez même venir avec des demandes vagues, juste une envie d’essayer autre chose, vous serez écouté et conseillé.

le-magicien-s'ennuie

Je vois encore quatre bénéfices évidents à la fréquentation des bibliothèques :

1. Vous pouvez être gourmand, goûter à tout, essayer sans craindre de vous tromper. (1)

2. Vous pouvez également fouiller les rayons livres et trouver des ouvrages à propos des comptines et de leur histoire, des recueils de jeux pour l’éveil musical, des bouquins plus théoriques sur tel ou tel domaine, des activités musicales etc.

3. Vous pouvez rencontrer devant les bacs et entre les rayons des personnes qui ont les mêmes préoccupations que vous et engager des échanges fructueux. La bibliothèque n’est pas qu’un « temple du savoir » réservé à une élite, c’est aussi un lieu propice à l’enrichissement de notre vie sociale.

4. Les enregistrements épuisés, rares, indisponibles, hors de prix etc. font souvent partie des trésors de nos chères bibliothèques. Il faudra toutefois peut-être en visiter plusieurs avant de trouver le graal. Certaines d’entre-elles ont encore dans leurs bacs (ou dans les réserves) des vinyles et des K7 !

(1) : Quand un CD vous a vraiment plu , s’il est encore disponible, s’il-vous-plaît, ne le copiez pas, achetez-le.

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : CHANSONS D’AILLEURS

Pour un répertoire ouvert sur le monde

Au cours des siècles passés, la France s’est signalée à plusieurs reprises comme ardent défenseur de l’universel. La diffusion à l’échelle mondiale de l’idéal des Droits de l’Homme en est le plus bel exemple. Mais l’universalité à la française ne fait pas que s’exporter, elle est bien présente dans les rues de nos villes. Pays d’accueil, l’hexagone est ouvert sur le monde.
Les rayons musique pour enfants des bibliothèques en témoignent à leur façon. Je ne me lancerai pas ici dans une discographie commenté (quelques pistes quand même en fin de chronique), les bibliothécaires vous guideront dans vos recherches. Je voudrais juste attirer votre attention sur les deux principales bonnes raisons qu’il y a à ouvrir son répertoire aux cultures du monde.

world

D’abord créer des liens avec les familles issues de l’immigration. Une comptine chantée dans la langue d’origine des parents résout parfois bien des problèmes de communication. Le modèle français d’accueil des étrangers a toujours été fondé sur l’intégration plus que sur le communautarisme – le thème est d’actualité ! Les enfants et la musique sont deux médiateurs de premier choix quand les cultures se rencontrent. D’une part, cet échange (je t’offre mes chansons et j’apprends les tiennes) modère la possible brutalité d’une demande d’intégration trop intransigeante. D’autre part, la prise en compte de la culture de celui qui arrive (ici de sa musique) le sécurise et fait reculer la tentation communautaire .

Deuxièmement, l’écoute de ce répertoire « exotique » ouvre l’enfant sur le foisonnement musical propre à l’humanité. La sonorité de la langue, le timbre des instruments , les mélodies et les rythmes varient d’une culture à l’autre. Plus un enfant entendra de musiques d’origines diverses, plus sa sensibilité sera fine et ouverte, et plus son potentiel musical sera large. Le mettre en contact avec cette richesse est aussi un premier pas vers la découverte et la prise en compte de la diversité des cultures elles-mêmes.

Enfin il ne faut pas s’imaginer qu’une musique très différente des nôtres rebutera à priori les enfants, ils sont toujours très réceptifs à la nouveauté. Probablement plus que beaucoup d’adultes ! (1)

REPERES DISCOGRAPHIQUES

9782278071333-T

- Chez Didier Jeunesse, la collection « Comptines du Monde » (13 titres à ce jour) propose des livres-disques très bien illustrés et joliment réalisés avec des arrangements et une direction musicale de grande qualité (pour la plupart dus à Jean-Christophe Hoarau ou Paul Mindy). Certains titres existent aussi en CD simples. « Comptines du Jardin d’Eden, 28 comptines juives », mon préféré, sera bientôt chroniqué dans la rubrique « La discothèque idéale de Mr Mandarine » .

- Chez ARB music vous trouverez des CD thématiques proposant les comptines de plus d’une trentaine de pays et régions du monde interprétées par des artistes locaux.

(1) : Je pense au poète Khalil Gibran qui dans son célèbre livre « Le prophète » écrivait, parlant des enfants :  » Vous pouvez tenter d’être comme eux, mais n’essayez pas de les rendre comme vous. »

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : FATRAS

Pour inaugurer ma rubrique fourre-tout, je vous propose une petite sélection de citations relatives à la musique que j’ai glanées ici et là au hasard de mes lectures. Pas tout à fait hors sujet donc, mais un peu quand même.

henri_michaux

D’abord le poète Henri Michaux. Avec une remarquable économie (12 mots ! ) il rend le plus bel hommage à la musique que je connaisse: « Musique, merveille qui sûrement précéda le feu. On en avait autrement besoin. « 

Du même: « Adulte accompli, le mammifère ne joue plus, ou si peu. En l’homme toutefois, être au développement lent, le jeu finement insinué, ayant eu le temps de devenir important, ruse pour survivre autrement qu’en traces, et cherche et parfois trouve, au milieu de conduites d’adulte, une nouvelle organisation ludique … Il y a ce qu’on appelle musique.« 

Et oui, après tout, les adultes sont des enfants comme les autres.

Connaissez-vous Ursula K. Leguin ? J’adore cette femme, elle écrit des romans magnifiques. J’y pêche souvent quelques perles, comme celle-ci: « La musique est un art coopératif, organique par définition, social ; c’est peut-être la plus haute forme de comportement social dont nous soyons capables. »

L’antiquité, grande pourvoyeuse de sagesse, sera représentée ici par le philosophe stoïcien Epictète: « La nature a doté l’homme d’une langue et de deux oreilles pour qu’il écoute deux fois plus qu’il ne parle. »

Pour une sagesse plus pratique, rien ne vaut les proverbes. Celui-ci est polonais:
« Si tu vas dans la voiture de quelqu’un, tu chantes sa chanson. »

Et pour les sagesses orientales, je vous propose ce petit bijou du poète Li Po:
« Vous me demandez ce qu’est le suprême bonheur ici-bas ? C’est d’écouter la chanson d’une petite fille qui s’éloigne après vous avoir demandé son chemin. »

Un peu d’humour à présent:

Woody-allen-06
« Un mélomane est quelqu’un qui entend Ornella Mutti chanter dans sa salle de bain, qui s’approche du trou de la serrure et y colle son oreille. »

« Elle chante tellement faux que même les sourds refusent de regarder ses lèvres bouger. » Woody Allen

« Quand elle s’est mise à jouer, Steinway s’est déplacé en personne pour rayer son nom du piano. » Bob Hope

« Je ne connais absolument rien à la musique, mais dans mon domaine ça n’est pas nécessaire. » Elvis Presley

Et pour finir, une citation de Joubert, juste pour faire de la peine à mes amis batteurs (enfin, ceux qui savent lire): « Le son du tambour dissipe les pensées; c’est pour cela même que cet instrument est éminemment militaire. »

Je ne vais pas vous infliger les références de tous les bouquins ou une bibliographie des recueils de citations, mais juste un titre quand même: « La boîte citations d’humour » Chiflet et compagnie. C’est vraiment très bon.

A propos de : CONNAISSEZ-VOUS BIEN LES CHANSONS DU PATRIMOINE ?

Mandarine et les autres

« Au clair de la lune », « Ainsi font les petites marionnettes », « A la claire fontaine », « Frère Jacques », « La mère Michel », « Sur le pont d’Avignon », « Bateau sur l’eau », « Une souris verte », « Dansons la capucine », « Fais dodo Colas mon p’tit frère ». Qui ne connaît pas ces dix chansons – au moins les premiers vers ?

Allez, en voilà dix autres, à peine moins célèbres. Je parie que vous en connaissez au moins la moitié : « Jean petit qui danse », « La petite poule grise », « Dans sa maison un grand cerf », « Le furet », « Le bon roi Dagobert », « Savez-vous planter les choux », « Nous n’irons plus au bois », « Il était un petit homme », « Prom’nons nous dans les bois », « Tape, tape petite main ».

Toutes ces chansons ont en commun de faire partie de notre patrimoine national de chansons enfantines. A ce titre les adultes ont en charge de les transmettre aux générations suivantes.

A vrai dire, une grande partie de cette transmission se fait traditionnellement d’enfant à enfant. Je suppose que c’est toujours le cas aujourd’hui. Par contre, d’évidence, on chante de moins en moins dans les familles et pas toujours beaucoup dans les lieux d’accueil de la petite enfance.

Je vous propose donc quelques CD, quelques livres et un petit questionnaire qui vous permettra de tester vos connaissances, tout ça pour vous donner envie de vous pencher sur ces petits trésors de la mémoire collective. Ils appartiennent à tout le monde, chacun se doit de les faire vivre, c’est à dire les connaître (à vos révisions !) et les transmettre (à vos guitares – a cappella c’est très bien aussi).

Questions

1. Quel point commun y a t’il entre « Il pleut, il pleut bergère », « Jean de la lune » et « Colchiques dans les prés » ?

2. En plus d’avoir pour personnage principal un animal de la ferme « Mon âne » et « Ah tu sortiras biquette, biquette » ont en commun d’être des chansons à récapitulation – à chaque couplet on ajoute un élément puis on récapitule ceux des couplets précédents. Quel est l’autre nom de ce type de chanson ?

3. Quelle est la particularité musicale de « Frères Jacques » ?

4. Connaissez-vous les chansons jusqu’au bout ? Par exemple : Que devient le chat de la Mère Michel ? Et le chaton de « Il était une bergère » ?

5. Retrouvez dans le répertoire un rossignol, une cigale et des hirondelles.

6. Que fait-on quand on chante « Jean petit qui danse », « Dansons le capucine » et « Le fermier dans son pré » ?

7. Trouvez deux chansons avec lesquelles on apprend les jours de la semaine.

8. « Au clair de la lune » met en scène un personnage de la commedia dell’ arte : Pierrot. Connaissez-vous des chansons qui évoquent d’autres figures de ce répertoire ?

9. Pourquoi le tabac de ma tabatière n’est-il pas pour ton vilain nez, plutôt que par exemple pour ta pipe tordue, ton affreux narguilé ou tes horribles poumons ?

10. D’où vient la version la plus connue (il en existe beaucoup d’autres) de A la claire fontaine ?

Réponses

1. On connait le nom des auteurs : Fabre d’Eglantine (1750-1794) pour la première, Adrien Pagès pour la deuxième qui date de 1889 et Jacqueline Debatte (une cheftaine scout) pour les colchiques.

2. Une randonnée

3. Cette chanson peut se chanter en canon. Même chose pour « Vent frais, vent du matin », « La cloche du vieux manoir » et « Dans la forêt lointaine ».

4.  » Pour un lapin votre chat est vendu. » répond le père Lustucru. Allez, à la casserole le matou ! Quant à la bergère, en colère, elle tue son chaton.

5. « Gentil coquelicot » pour le rossignol, « Nous n’irons plus au bois » pour la cigale et « Cadet Rousselle » pour les hirondelles.

6. Une ronde

7. « L’empereur sa femme et le p’tit prince » (« Lundi matin ») Si vous en connaissez une autre, faîtes le moi savoir, je n’ai rien trouvé de plus dans le répertoire traditionnel.

8. « Arlequin tient sa boutique » et « Polichinelle »

9. A l’époque où cette chanson a été popularisée (XVIIIè) on prisait le tabac (une pincée dans la narine et aspirez bien fort pour un éternuement salutaire) plus qu’on ne le fumait.

10. Du Canada

Discographie sélective

Dans les familles et les lieux d’accueil des très jeunes enfants, la transmission se fait soit oralement, les adultes chantent pour les enfants et avec eux, soit par le biais d’enregistrements qui, écoute après écoute, rendent les chansons familières aux petits auditeurs. Inutile de préciser que ma préférence va à la transmission de bouche à mémoire. Mais quitte à passer des CD (je sais, ce support est sans doute amené à disparaître, les utilisateurs de clefs USB, Ipod etc. , les aficionados de MP3 rectifieront d’eux-mêmes) autant en choisir des bons. Et la chose n’est guère facile. Les chansons pour enfants du patrimoine représentent en effet un filon commercial inépuisable et, comme toujours dans ces cas-là, pour une bonne interprétation on compte vingt enregistrements médiocres, nuls, ridicules, insultants, ringards, honteux, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette indigeste production. Je vous propose donc une liste de quelques CD qui m’ont semblé de bonne qualité.

Outre mon goût personnel – je ne prétends pas échapper à la subjectivité – mes critères sont la qualité du chant, la richesse de l’instrumentation et la finesse des arrangements.

LA FENETRE

Chansons d’enfrance. Comme vous ne les avez jamais entendues !
J.J Comien et Olivier Delgutte
L’aventure musicale
17 chansons bien chantées avec de belles harmonies vocales et des arrangements variés (un peu « variète » des fois mais bon …), bien faits et parfois surprenants : rumba, blues, reggae, bossa, rock, valse etc…

Chansons de France pour les petits
Bernard Davois et Jean-Philippe Crespin
CD livre Gallimard jeunesse 2010
17 chansons bien chantées (enfants et adultes), joliment et simplement accompagnées. (A noter une très belle version de « Gentil coquelicot » et « Tout en passant près d’un petit bois », une très bonne chanson assez rarement chantée)

Anthologie de la chanson française
Marc Robine
Albin Michel 1994
26 chansons enregistrées par des musiciens traditionnels C’est un des 15 CD thématiques d’une magnifique et copieuse anthologie. On peut l’acheter à part.

Il était une chanson
Steve Waring
Casterman et Rym musique 1996
10 chansons seulement mais très bien arrangées et interprétées. A noter « Les crocodiles » – rare – et un très beau « Le roi a fait battre tambour ».

Et pour les jours où ces bonnes vieilles chansons du patrimoine vous semblent un peu « rengaine »(1) :

Les plus jolies chansons de notre enfance
Vincent Malone
Panama 2005
66 chansons traditionnelles copieusement détournées dont 34 enregistrées sur le CD. Album grand format. C’est plus pour les grands que pour les petits, c’est un humour noir et décapant plutôt « franc et massif ». Comme toujours avec « Le roi des papas », les arrangements sont bien faits, bien joués, bien enregistrés.

(1): « Une rengaine est un air qui commence par vous rentrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux. » Raymond Devos

LE FEU

Bibliographie sélective

Refrains d’enfance Histoire de 60 chansons populaires
Martine David et Anne Marie Delrieu
Hersher 1988
Un grand et beau livre très bien illustré, avec les partitions. La documentation est passionnante, le lecteur découvre avec étonnement l’origine, l’histoire (parfois mouvementée) et les variantes de 60 chansons du patrimoine, très connues pour la plupart.

Carnet de chansons
44 chansons traditionnelles pour enfants de 2 à 11 ans
Bruno Parmentier-Bernage
Magnard 2000
Toutes les plus connues y sont, assorties d’un petit commentaire historique, de la partition et d’une illustration. Simple et efficace. Classement par âge: 2-5, 6-8, 9 et plus.

Le livre des chansons Chansons de France et d’ailleurs
Claudine et Roland Sabatier
Gallimard jeunesse 2003
Plus de 200 chansons, traditionnelles pour la plupart, illustrées et sommairement commentées, avec la partition. Une cinquantaine d’entre elles se rattachent au répertoire enfantin.

Chansons de France
Maurice Boutet de Monvel
Hachette livre/Gautier Languereau 2008
Réédition de livres anciens (début du vingtième siècle), très populaires en leur temps et jusqu’à aujourd’hui, ce succès étant du aux magnifiques illustrations du peintre Maurice Boutet de Monvel. Une quarantaine de chansons parmi les plus connues avec les partitions. Trois volumes: « Tous en choeur », « Rondes et farandoles », « Berceuses et comptines » Il existe beaucoup d’autres éditions (Par l’école des loisirs notamment) de ces chansons illustrées.

LA DISCOTHEQUE IDEALE DE MONSIEUR MANDARINE : LA GRANDE EVASION HERVE SUHUBIETTE

Hervé Suhubiette aime les albums thématiques. « La java des couleurs » par exemple ne contient que des chansons sur les couleurs, « Prise de tête » est comme une autobiographie en chansons. Notre CD du jour parle des livres et de la lecture. Beau thème, surtout quand, comme moi, on a un fort penchant pour la littérature.

GRANDE-EVASION-couv_0

En route pour une revue de détail :

1. Il était une fois : … ça commence toujours comme ça. Et puis on invente ce que l’on veut, tout ce que l’on veut ! Belle occasion pour dérouler en musique – et quelle musique ! – un inventaire à la Prévert de personnages et de situations haut en couleurs. Démarrage en fanfare pour un beau voyage au pays des livres.

2. La grande évasion : Lire est une excellent moyen de voyager, de s’évader, on l’a beaucoup dit, restait à le chanter.

3. J’finis la page ! : Pour certain, lire est presque une drogue. Le monde extérieur devient flou, le lecteur sujet à ce genre d’addiction n’est plus vraiment là quand il s’abandonne à son démon. Et ça peut durer longtemps. L’entourage finit pas s’agacer. A moins que … mais je ne vous souffle pas la chute, c’est un délice de malice. La chanson est vraiment bien écrite et bien arrangée, c’est ma préférée de l’album.

4. L’ogre : Longue et énergique chanson inspirée d’un conte qui déroule l’histoire d’un ogre dévoreur d’enfants. Après une indigestion de chair humaine, il se met à dévorer … des livres. Au début, il les mange vraiment mais à nouveau il se détraque la tuyauterie digestive alors … Le conte ne finit pas là mais ici encore, je ne vous raconte pas les derniers rebondissements, ça gâcherait la surprise finale.

5. Je me souviens : A la façon du « Je me souviens » de Georges Perec, Hervé évoque ses souvenirs d’enfance. Ici, il s’agit uniquement de ceux qui se rapportent aux livres et à la lecture. C’est un beau texte dit sur un accompagnement musical très fin avec un tout petit refrain chanté.

6. La java des vermicelles : Magnifiques mélodies pour cette chanson parfumée d’une touche de nostalgie. Il y a une ivresse attachée à l’apprentissage de la lecture, une fringale de mots qui fait pétiller nos 6 ans. Ceux qui s’en souviennent ne resteront pas insensible à cette java.

7. L’histoire de Robert-qui-vole : Celle-ci, qui ne parle pas des livres – mais qui en sort – est un peu énigmatique. Robert n’a pas peur de l’orage, il sort mais un coup de vent plus costaud que les autres l’emporte au-delà des nuages. C’est une des histoires de « Crasse-tignasse », le fameux recueil de Heinrich Hoffmann, mise en musique.

8. Le bal des tordus : Pas non plus de référence directe à la lecture ici mais cette galerie de « pas beaux » évoque immanquablement la littérature, des contes médiévaux jusqu’à la B.D. d’aujourd’hui. Tout le monde aime les histoires qui font peur, tout le monde aimera cette chanson.

9. A quoi ça sert (question) : Comme introduction à la chanson suivante, la question « A quoi ça sert de lire ? » est décomposée en syllabes éparses, un peu façon musique contemporaine. Un drôle de puzzle musical.

10. A quoi ça sert (réponse) : Les réponses paraissent tellement évidentes à ceux qui savent lire qu’ils en oublieraient de les donner à ceux qui ne savent pas encore le faire et qui peut-être se demandent si ça vaut vraiment la peine. Cette chanson devrait convaincre les plus récalcitrants.

11. Jeu de massacre : Il en fallait une, c’est celle-là, la chanson « anti-livre ». C’est l’histoire d’une petite fille qui fait croire à son entourage, pour lui faire plaisir, qu’elle adore lire. On lui en offre donc à tout bout de champ. Mais en fait elle déteste ça, et la chanson raconte par le menu tout ce qu’elle rêve de faire subir à ces maudits bouquins. Un rafraîchissant morceau d’humour noir. Elle devrait plaire à Vincent Malone.

12. Le mur : Pour changer un peu , voici une belle chanson sur le thème de la liberté inspirée du livre d’Angel Esteban « Le mur ». C’est plein de poésie et des images viennent immédiatement à l’esprit de l’auditeur. C’est je crois une des plus belles qualités d’Hervé Suhubiette, ses textes comme ses musiques sont très « visuels ». Je vous reparlerai de tout ça dans une prochaine chronique.

13. Capitaine Fracasse : Qui ne s’est jamais imaginé sous les traits du héros d’un roman d’aventure ? Pour conclure, Hervé nous offre encore un magnifique plaidoyer pour la lecture et comme souvent avec lui, le « je » qui chante est d’une telle sincérité qu’on ne peut que se laisser convaincre.

Toutes les musiques ont été composées par Hervé Suhubiette et elles sont, à mon goût, toutes plus réussies les unes que les autres. Les 5 musiciens qui les interprètent (Hervé compris) ne manqueront pas de vous surprendre par leur belle inventivité et leur parfait sens de la mesure – dans le sens rythmique bien sûr, mais aussi parce qu’ils savent se mettre au service de la chanson.

La grande évasion

Harmonia mundi 2002
Réédition 2011 en livre-cd avec de nouvelles illustrations et une histoire
http://www.hervesuhubiette.com

LA DISCOTHEQUE IDEALE DE MONSIEUR MANDARINE : AU LOUP DE HELENE BOHY

Les talents de musicienne d’Hélène Bohy, tant comme chanteuse que comme compositrice ou arrangeuse ne sont plus à démontrer. Je lui consacrerai bientôt une chronique « portrait d’artiste », laissez-moi juste le temps de me pencher un peu sur sa biographie et sa copieuse discographie. Je n’ai pas encore mis la main sur tous ses albums. En attendant, jetons un œil et une oreille sur « Au loup ».

Trois choses en particulier me font ranger ce CD dans ma discothèque idéale : le thème du loup abordé avec humour et sans mièvrerie, les beaux textes de Jeanne-Marie Pubellier et la présence du scateur émérite et exubérant hurluberlu Daniel Huck.

au_loup

Au programme 10 chansons, trois textes dits et deux contes.

L’album commence par une perle typiquement à la façon de Dame Bohy : une chanson traditionnelle arrangée aux petits oignons, ici couleurs jazz. Et puis surprise, un texte dit sans musique. Cette Jeanne-Marie a ma fois une bien jolie plume, le thème du loup l’inspire. Elle signe le texte de la chanson suivante, puis à nouveau un petit poème. Viens ensuite un autre traditionnel chanté par les enfants puis à quatre voix accompagnées par une contrebasse solitaire, ça sonne ! Etc.

Tout l’album est du meilleur tonneau.

Deux ou trois choses encore.

On trouve sur ce CD tout ce qui fait le style des albums d’Hélène Bohy : beaucoup de voix d’enfants, beaucoup de polyphonies vocales, des chansons traditionnelles arrangées avec respect et inventivité, le jazz – ici avec la complicité des excellents Matthieu Dalle et Philippe Berthe (qui se souvient du regretté groupe « jazz vocal » T.S.F ?).

Ma chanson préférée du disque, « Le rap du loup » est une merveille. Avec ce CD, rarement à ma connaissance (et à mon goût) on avait aussi bien parlé du loup aux enfants. Cette chanson touche à l’essentiel. Inutile de préciser que comme pour toutes les « grandes » chansons pour enfants les adultes y trouvent aussi leur compte- pour la musique comme pour le texte.

Enfin, idée géniale, le rôle du loup est confié à Daniel Huck, hurluberlu émérite et exubérant scateur. Tout au long du disque, il apparaît et disparait, tantôt chantant, tantôt parlant. Fourbe ici, geignard là, menteur, sûr de lui, drôle, fort, sympa ou pitoyable. Oui le loup peut être un personnage complexe. Il nous ressemble tant.

loup

Le loup, comme chacun sait, aide les enfants à maîtriser et dépasser leurs peurs. C’est le sens de sa présence dans tant de contes, de légendes et de chansons. Avec « Au loup » d’Hélène Bohy le thème s’étoffe et prend de l’ampleur. L’animal reste sauvage mais il devient familier, il est méchant certes, mais on peut dialoguer avec lui.

De tous les loups qu’il nous faut affronter dans nos vies, celui qui est en nous est peut-être le plus malin, le plus dangereux et en tout cas le mieux caché. Ce disque, je crois, prépare à la rencontre.

Le livret donne tous les textes et, chanson par chanson (merci), les instruments utilisés. Il est agrémenté de rares dessins et de quelques photos. On peut lire au dos du CD : « Chansons pour rire et réfléchir. Age préférentiel 5 à 11ans »

********

« Au loup » Hélène Bohy
Enfance et musique 1996 Réf : EMCD 296

LA DISCOTHEQUE IDEALE DE MONSIEUR MANDARINE : L’OGRESSE DE STEVE WARING

Connaissez-vous Steve Waring ? Si vous aimez les chansons pour enfants, c’est inévitable. Sur la vingtaine d’albums qu’il a enregistrés pour les enfants « L’ogresse » est mon préféré. Les 12 chansons sont vraiment magnifiques, belles idées, beaux textes, mélodies géniales, les arrangements d’Alain Gibert sont, comme toujours, superbes, les musiciens, as always, talentueux, bref, tout y est. Voyons ça en détail :

ogresse

L’ogresse (W) : Entièrement et magistralement orchestrée par maître Gibert avec des programmations de machine (rare chez Steve Waring), cette magnifique chanson pousse le thème de l’ogre (ici une ogresse) à son comble. Un régal !

Piano à pouce (W) : Et si pour soigner un mal de tête on remplaçait l’aspirine par la musique ? Ici un sorcier africain propose au malade de jouer de la sanza (piano à pouce). « Cet aspirine musicale, c’est par les oreilles que ça s’avale ». L’accompagnement est joué uniquement pas des percussions africaines.

Arthur (W): Arthur est le fils de Steve Waring, il est trisomique. Cette chanson évoque son handicap et surtout son imbattable sourire. A noter les parties de banjo et de trombone, deux exemples de parties musicales simples et très efficaces.

Le mont Pothu (W) : Une histoire en chanson pour vaincre ses peurs nocturnes.

Le rap de la scie (G) : Jeux de mots en cascade dans cette chanson accompagnée par des scies égoïnes et musicales.

Poisson manqué (W/G) : Juste une paire de guitares – mais quel guitariste ! – et des enfants qui chantent le refrain pour évoquer un « drôle de poisson à mamelles »: le dauphin. Très belle mélodie.

Clafoutis (W/G d’après le folklore américain) : Une joyeuse histoire de gourmand qui donne envie de danser. Encore un arrangement génial. Le solo de flûte à coulisse est vraiment magnifique.

Bert et moi (W d’après un conte de Brian et Dodge) : Steve prend sa guitare, joue un joli picking bluesy et nous raconte une histoire pleine d’humour. Ses talents de conteur-bruiteur valent bien ses talents de musicien. Un délice.

Bulle (W) : Poétique et … légère.

Cailloux bambous (G) : Connaissez-vous le lithophone, les gousses de flamboyants et les cliquettes (bambous fendus) ? Voilà une belle et bonne chanson pour découvrir ces trois percussions originales.

Libellule (W) : Une voix magnifique et une guitare inventive (les adjectifs sont interchangeables), de l’humour, de la poésie, une pointe d’accent et de folie, ben oui, c’est lui : Steve Waring !

Orphéon (G) : L’orphéon est un type d’ensemble musical plus très en vogue aujourd’hui. Le voilà, avec ce bijou de chanson, enfin réhabilité.

W: Steve Waring G : Alain Gibert

/ : sépare paroles et musique

« L’ogresse » Steve Waring
Chant du Monde 1989
Réédition 1998 Chant du monde ref : CML 574 908
CD livre illustré par Brigitte Desnault avec les textes des chansons
Distribué par Harmonia Mundi

Je consacrerai bientôt une rubrique portrait d’artiste à Steve Waring, en attendant, pour en savoir plus : www.stevewaring.com‎