La discothèque idéale de M. Mandarine : Les tableaux d’une exposition

         Précisions liminaires

(que l’on peut passer si l’on sent qu’on ne va pas avoir le temps de lire toute la chronique)

« Les Musiques Enchantées » des éditions Actes Sud Junior proposent des œuvres du répertoire classique pour le jeune public. De « L’enfant et les sortilèges » de Ravel au « Petit ramoneur » de Britten en passant par « L’Arlésienne » de Bizet, une douzaine de titres composent cette très belle collection. Format carré 210 x 210, beau papier, couverture légèrement rembourrée très agréable à manipuler, illustrations soignées et originales, enregistrements impeccables : du beau travail.

En matière de publication jeune public, livres, cd ou cd-livres, il est souvent utile de repérer les bonnes collections. En effet, une collection c’est souvent une équipe, une direction et les œuvres réunies dans un même ensemble sont souvent de qualité homogène. Donc quand un opus est bon, il y a fort à parier que les autres le seront aussi. Même chose si c’est mauvais ! Attention, cela s’applique aux collections mais pas forcément aux éditeurs, surtout les plus importants. Gallimard Jeunesse propose par exemple un grand nombre de collections d’inégale qualité.

 

Maintenant, la chronique pour de bon

 tableauxmusiquesenchantees

Un enfant se promène avec ses parents dans une exposition de peinture. Ce qui s’annonçait ennuyeux devient tout à coup magique quand il pénètre dans les tableaux !

Immergé dans les images musicales de Moussorgski, nous voyageons avec lui dans des mondes chatoyants et fabuleux (château mystérieux, marché animé, catacombes etc.) et nous rencontrons toute une galerie de personnages hauts en couleurs (la sorcière Baba Yaga, un horrible gnome etc.)

« Les tableaux d’une exposition » de Modeste Moussorgsky (1874) est une œuvre instrumentale pour piano. A l’origine donc, pas d’orchestre, pas de texte. Mais cette œuvre a rapidement inspiré de nombreux musiciens qui l’ont adaptée pour différentes formations. Nous entendons ici la plus fameuse de ces adaptations, celle pour grand orchestre de Maurice Ravel (1922). Elle est dirigée par Ricardo Mutti, pas moins !

Les images qui ont inspiré le compositeur n’existent plus aujourd’hui. Il s’agissait de dessins et d’aquarelles de Viktor Hartmann, un ami de Moussorgsky. Qu’importe, Sophie Humann qui a écrit le texte de notre enregistrement a de l’imagination. Elle décrit les tableaux visités uniquement d’après les titres et ce qu’évoque la musique. C’est vraiment très réussi, la narration très finement mêlée à la musique est très convaincante, on suit la visite de bout en bout sans jamais sortir de la magie des images-musiques de Moussorgsky.

La musique n’est jamais univoque, chacun la ressent à sa façon et quand on la prétend descriptive, les images que l’auditeur est supposé voir en imagination et en lien avec la musique sont en fait souvent proposées explicitement, par le titre au minimum.

Par exemple si l’on écoute « Les quatre saisons » de Vivaldi  les yeux fermés, en se laissant aller, les images qui vont venir seront différentes d’une personne à l’autre, à moins que l’on n’ait lu le « programme » proposé par le compositeur – et encore, chacun verra les paysages et les scènes à sa façon.

Proposer des images et des situations pour accompagner l’écoute des tableaux d’une exposition est, somme toute, une idée généreuse et certainement pas sacrilège.

La musique de Moussorgski, toute géniale qu’elle soit, ne va pas forcément toucher les jeunes oreilles.

Avec ce support, j’imagine que les enfants en entrant dans l’histoire à la suite du petit garçon happé par les images deviendront, presque à leur insu, familiers avec la musique ; et quand plus tard ils la réentendront sans le texte, le plaisir sera immédiat et d’autant plus grand qu’il sera directement connecté avec l’enfance.

Post-scriptum

(qu’on peut ne pas lire si, effectivement, le temps manque pour une lecture intégrale)

Comme plusieurs autres titres de la collection « Les musiques enchantées », « Les tableaux d’une exposition » n’est plus disponible. Mais les œuvres épuisées chez l’éditeur circulent souvent sur Internet et dans les bibliothèques. C’est le cas pour notre pépite du jour. Foncez !

Et si vraiment vous n’arrivez pas à mettre la main dessus il existe une autre version des tableaux dans la collection « Petit répertoire » chez Gallimard jeunesse musique. Un très court texte descriptif écrit et interprété par Muriel Bloch (une fameuse conteuse) ouvre chacune des dix parties de l’œuvre. La musique est arrangée pour un petit ensemble d’une dizaine de musiciens et interprétée par l’ensemble Carpe Diem.  C’est aussi très réussi.

tableaux2

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire