PETITE COLLECTION DE CURIOSITES : CHANSONS POUR LES PETITES OREILLES D’ELISE CARON

Dans le paysage de la chanson française d’aujourd’hui, Elise Caron est un cas à part. Ses curiosités diverses et ses envies multicolores l’ont conduite sur de nombreux chemins musicaux. Mais quel que soit le projet dans lequel elle s’engage, les amateurs -dont je suis- reconnaissent sa personnalité « particulièrement particulière ». Avant d’en venir à notre sujet du jour, laissez-moi vous conseiller « Eurydice bis », un album de chansons de 2006 particulièrement savoureux et explosif.

Elise Caron n’est pas ce qu’on appelle un chanteuse pour enfants (pardon, « jeune public », c’est comme cela, paraît-il, qu’il faut dire aujourd’hui) mais son univers artistique est cousu d’enfance, elle livre sans fard ses émotions, ses jours, ses nuits – rêves, lunes et loups. En parcourant le livret, on découvre que les chansons pour les petites oreilles (à ma connaissance les seules de son répertoire que l’on range dans le rayon jeunesse des bibliothèques) ont fait l’objet d’une commande de Gilles Avisse pour les festi’val de Marne 2000. Quelle belle intuition ! Et nous voilà partis pour un voyage insolite au pays d’une enfance. Je Raconte.

Chanson pour les petites oreilles2

« Bonjour »: Le piano commence, il accompagnera la chanteuse tout au long des 10 plages de l’album. Elise prend la parole, elle dit bonjour. C’est un texte dit, un inventaire improbable de gens, de choses et d’animaux que l’on salue simplement avant de commencer.
« Jacques a cent ans »: 1 an, 13 ans, 30 ans, 60 ans, 100 ans. En cinq étapes, en cinq couplets une vie se raconte. Cette chanson est une pure merveille. Un second piano, un piano jouet, apparaît, disparaît. Nous le retrouverons ici et là pendant le voyage.
« Princesse grenouille »: Une pièce instrumentale étrange et brève entre deux chansons fortes.
« Je me préfère à l’envers »: Dialogue avec le miroir, avec l’autre en soi peut-être. Scie musicale et voix doublée ajoutent au trouble.
« L’oiseau et la poupée »: C’est une histoire chantée. Pas de couplet ni de refrain mais une musique et des mélodies au plus près de la narration. Une fois de plus Elise Caron nous emmène loin des formes « standards » de la chanson pour enfants.
« Chanson chuchotée »: Voix en écho, souffles harmoniques en vagues lointaines et piano léger pour cette chanson douce et mystérieuse.
« J’aime pas la guerre »: Un poème naïf.
« Berceuse »: « Le jour nous oublie, mais la nuit c’est la vie aussi, dors … » Belle présence de la scie musicale, voix chaude et douce à souhait sans, bien sûr, le moindre soupçon de mièvrerie.
« Le dragon et le petit garçon »: Une autre histoire, parlée cette fois sur un accompagnement de pianos particulièrement inspiré. Drôle d’histoire en vérité, pas banale, on s’y attendait. Encore deux ou trois facettes de la voix de l’artiste nous sont ici dévoilées.
« Bonsoir »: Même texte et même musique que l’introduction. « Bonjour » est remplacé par « Bonsoir ».

visuel-cd-petites-oreilles

Et nous voilà à la fin du voyage. La vie que nous avions laissée en entrant dans l’univers d’Elise reprend son cours. Une petite étincelle nouvelle, un peu floue, un peu folle musarde au coin de notre sourire.

Au dos du CD on peut lire : « Les chansons pour les petites oreilles ont été écrites comme un pont entre l’enfant et l’adulte, l’œuf et la poule, le coq et l’âne, le fou et le sage ; un pont musical et poétique, complexe et naïf, un discours d’enfant qui a grandi et qui chante sa philosophie. »

L’objet est un CD-livre (couverture cartonnée très solide et pages bien épaisses, parfait pour petites mains curieuses) illustré par Gala Collette. C’est sobrement surréaliste, gentiment décalé et bien en phase avec les chansons. Tous les textes sont donnés.

Elise Caron « Chansons pour les petites oreilles »
2003 La muse en circuit, Elise Caron, studio 440 réf: 8741262
Le chant du monde Harmonia mundi distribution

Post-scriptum :
La chanson pour enfant est une activité occasionnelle pour Elise Caron. Presque 10 ans après  » Chansons pour les petites oreilles » nous la retrouvons avec plaisir dans « Mimine et Momo ». Il s’agit d’un petit livre CD, une malicieuse histoire de mains (Mimine et Momo donc) écrite par Marie Nimier et illustrée par Thomas Baas. Elise raconte et chante et joue de la guitare, elle a composé les musiques. C’est pour les tout-petits à partir de 2 ans et tout est vraiment très très bon. Mais le CD ne dure que 11’23 minutes ! Certes la qualité en matière de musique (comme en beaucoup d’autres matières d’ailleurs) prime sur la quantité mais une petite histoire de plus nous aurait bien fait plaisir. Bon, tant pis, attendons patiemment le prochain opus.
Pour finir, j’ajoute que miss Caron interprète une chanson sur l’excellent disque « Quartier libre » d’Hervé Suhubiette qui la chante avec elle.

Mimine et Momo
Marie Nimier, Thomas Baas et Elise Caron
Benjaminsmédia 2012

Quartier libre
Hervé Suhubiette
L’autre distribution 2006

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire