Archive | Un peu hors sujet… Fil RSS de la catégorie

UN PEU HORS-SUJET MAIS PAS TOUT A FAIT QUAND MÊME : LES BALS FOLKS POUR ENFANTS / LE GROUPE TOURNEVIRE

Précisions liminaires que l’on peut passer si l’on sent qu’on ne va pas avoir le temps de lire toute la chronique

Connaissez-vous les bals folks ? Très populaires pendant les années 70, la pratique a décliné au cours des années 80 et aujourd’hui elle est n’est restée vraiment vivace que dans certaines régions de France, dans d’autres elle a pratiquement disparu – pas de nom, je ne veux oublier (et fâcher) personne. Le magazine Trad’Mag et quelques sites spécialisés vous donnerons toutes les informations utiles pour trouver les lieux et les dates. Si je commence par ces précisions c’est parce que rien ne vaut l’expérience concrète pour comprendre de quoi il s’agit si vous ne connaissez pas les bals folks. En gros : lisez ces lignes pour avoir une petite idée et allez danser pour en avoir une meilleure.

visuel-tournevire

A priori, c’est une activité réservée aux « grands », les pas sont souvent trop compliqués pour les enfants. Cela dit, l’esprit de ces fêtes est très familial et il n’est pas rare que l’on inclue d’une façon ou d’une autre les enfants dans certaines danses; en tout cas, ils sont toujours les bienvenus.
En dehors de certains bals spécialisés dans les danses d’une seule région (le Fest-Noz breton par exemple) le répertoire des bals folk est souvent éclectique, on y danse aussi bien des danses des régions de France (An-dro breton, bourrée berrichonne ou auvergnate, fandango basque etc.) que des danses du monde, proches (tarentelle italienne, contredanse anglaise) ou plus lointaines (danses d’Israël, du Québec, d’Amérique du Sud). On y danse même souvent des branles et autres danses en chaîne de la renaissance.
Ce qui est singulier dans ces bals c’est que vous pouvez y aller sans rien connaître aux danses traditionnelles, vous en ressortirez avec quelques pas – on vous les aura spontanément appris -, de nouveaux amis et une folle envie d’y retourner. La convivialité est le maître mot de ces fêtes, c’est un merveilleux antidote à l’individualisme et au « petit groupe exclusif-centré sur lui-même » qui sévissent aujourd’hui. Sans compter, vous vous en rendrez vite compte, que les danses traditionnelles sont souvent « physiques » (surtout quand on débute !) et qu’une heure de cette activité vaut bien un long jogging du dimanche matin, en beaucoup plus joyeux et convivial.

Maintenant, la chronique pour de bon.

adem-tournevire-eveil-musical

Commençons par un résumé en quelques phrases du projet de Tournevire : « Faire la fête en dansant avec ses amis au son des musiques traditionnelles du monde entier. » « Un authentique bal folk où les enfants et tous ceux qui ont su le rester sont les rois. » « Un bal en forme de joyeux tour du monde musical pour faire découvrir, en s’amusant des danses, des figures, des pas mêlés à l’écoute de sonorités nouvelles. »
Quelques mots sur la démarche :  » L’originalité de Tournevire est d’avoir misé sur la valeur à la fois ludique et pédagogique des musiques traditionnelles. L’ensemble s’est constitué au fil des années un répertoire riche et varié composé de danses des pays du monde entier. Tout en conservant le caractère de chacune, Tournevire les adapte pour qu’elles puissent être aisément répétées et dansées par les enfants : une démarche originale pour leur faire découvrir la richesse des musiques en s’initiant à la pratique de la danse collective dans une ambiance résolument festive. »
On ne compte plus les CD (parfois des collections entières) présentant au jeune public les musiques du monde qu’elles soient lapones, papoues, vénézuéliennes, berrichonnes, que sais-je encore. Tournevire contribue à cette louable entreprise avec talent. Les musiques sont bien choisies et très bien interprétées. Les instruments utilisés sont les classiques d’un ensemble de musique traditionnelle standard : flûtes, violon, accordéon, guitare, contrebasse. Les arrangements, toujours au service de la danse, sont cependant suffisamment variés pour qu’on puisse écouter la musique pour elle-même.

394
Mais c’est surtout la qualité de ses propositions pédagogiques qui fait de Tournevire une formation de premier plan. L’équilibre entre respect des danses telles qu’elles sont (ou souvent étaient) dansées traditionnellement et leur adaptation aux possibilités des enfants est remarquable. Les bals de Tournevire dans cette perspective marient le plaisir de la fête à une certaine exigence. On s’amuse beaucoup sans pour autant faire n’importe quoi sur la musique. A ce propos et pour conclure, inutile de préciser – mais je l’écris quand même ! – que si les disques sont très bien faits, rien ne vaut un vrai bal. Alors si Tournevire passe par chez vous, ne manquez pas la fête.
Le groupe vient de sortir son cinquième album. Ils sont tous dédiés aux danses traditionnelles du monde adaptées aux enfants. Tous sont disponibles et fréquents dans les bibliothèques. Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’excellent site de l’ADEM dont le groupe fait partie intégrante.

Post-scriptum
Qu’on peut ne pas lire si effectivement le temps manque pour une lecture intégrale.

D’autres groupes se sont lancés dans le bal folk pour enfants. Aucun à ma connaissance n’a réussi comme Tournevire.
Souvent les dansent sont trop compliquées pour être acquises rapidement et ne peuvent être appréciées par les enfants que dans le cadre d’ateliers réguliers. La pratique des danses traditionnelles est une excellente activité, mais l’esprit du bal folk d’aujourd’hui est tourné vers la fête ouverte à tous et pas uniquement aux spécialistes qui connaissent déjà tous les pas.
D’autres formations proposent des danses mieux adaptées, mais la musique est jouée sans grâce ni swing (voir faux et pas en place !) soit par excès d’arrangements « hors sujet » ou par incompétence – ces musiques en effet paraissent souvent faciles à jouer pour des amateurs enthousiastes ou des musiciens issus d’autres univers musicaux mais bien entendu, ça n’est pas le cas.
Cela dit, je suis peut-être passé à côté de bons groupes de bal folk pour enfants. Si vous trouvez quelque chose du même tonneau que Tournevire, je compléterai cette chronique avec enthousiasme.

DISCOGRAPHIE
Les CD peuvent être commandés à l’ADEM ( http://assadem.free.fr http://assadem.free.fr/productions/tournevire/cd_tout.htm ) ou chez le distributeur : ADF-STUDIO SM (www.adf-bayardmusque.com)

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre ! ) : Chanter juste, juste chanter

Chanter juste, juste chanter
Vous chanter faux ? Pas si sûr !

« Elle chante tellement faux que même les sourds refusent de regarder ses lèvres bouger. »
Woody Allen

Un œil sain ne déforme pas les formes ; de la même façon une oreille saine ne déforme pas les sons. Entendre flou n’existe pas sauf dans certains cas de pathologies ORL et pour les personnes très âgées. Pour apprendre à dessiner, le problème n’est pas de voir ce que l’on veut reproduire mais d’éduquer sa main à le faire. Pour le chant c’est la même chose, on entend bien les mélodies, reste à éduquer sa voix. La première chose à faire est de chanter souvent ! La seconde est, tout aussi simplement, de s’appliquer. Et oui, c’est comme pour les enfants, dès que l’on mobilise son attention sur une tâche précise (ici reproduire une mélodie) les résultats sont immédiats. Bien entendu, avant le chant, il y l’écoute des sons à reproduire. Les mêmes règles s’appliquent : écouter beaucoup de chansons avec une attention soutenue.

voix1

Quelques conseils pratiques de base :
1. Ouvrez la bouche ! La qualité du son, timbre et justesse, s’en trouveront immédiatement améliorés.
2. Quand vous chantez, ne penchez la tête ni en avant (par timidité ou pour chanter plus grave – ce qui d’ailleurs ne marche pas) ni en arrière (pour porter votre voix plus loin ou pour chanter plus aigu – pour l’un comme l’autre ça ne marche pas non plus). Non seulement l’émission s’en trouve perturbée mais à la longue cela peut abimer vos précieuses cordes vocales. Pour vous aider, servez-vous du regard en fixant un point « à l’horizon ».
3. Chaque voix a un registre propre, au-delà de certaines hauteurs vers le grave ou vers l’aigu la voix devient progressivement inaudible et … fausse. Il faut donc veiller à chanter les chansons et placer sa voix parlée dans un registre qui correspond à notre physiologie. Quand on ne possède qu’un petit registre, il est possible, avec de la pratique, de l’élargir, parfois de façon spectaculaire.
4. Les expressions du visage et du corps doivent être  » en phase » avec ce que vous chantez. Comme pour le chant lui-même, il y a là une certaine timidité à vaincre. Non seulement il faut livrer sa voix sans retenue mais aussi son visage, son corps et ses émotions.
5. Un excellent exercice pour la maîtrise de la voix consiste à la transformer. Reproduire les sons du quotidien, les bruits de la nature, les cris des animaux, imiter des personnages, prendre une voix d’ogre ou de sorcière sont autant d’opportunités pour expérimenter les possibilités d’une voix et l’assouplir un peu. Avec les enfants, entre chansons et histoires, les occasions ne manquent pas. Bien entendu, il ne faut jamais « forcer ». Si telle imitation vous chatouille la gorge au bout de quelques phrases, ne continuez pas.
6. Si vous êtes aphone – ce qui peut gravement vous handicaper quand votre voix est un outil indispensable dans votre profession – vous trouverez, en cherchant un peu, des tas de médicaments, de « trucs » et de recettes miracles. Mais n’en attendez pas trop, la trilogie : dormir, se taire et attendre que ça passe restent le remède le plus efficace. (Bien sûr une bonne dose de cortisone fera des merveilles et certains médecins n’hésiteront pas à vous en proposer. Mais à moins que vous ayez un discours important à prononcer aux Nations-Unies ou un concert à l’Olympia dans quelques heures, c’est franchement déconseillé.)

quatuor-live2

Travailler sa voix:
Pour la voix parlée, il existe des cours et des manuels de diction. La pratique du théâtre est également profitable. Pour le chant en dehors des cours – souvent assez chers – les chorales sont souvent d’excellentes écoles. Il y en a tellement que vous en trouverez forcement une pas loin de chez vous. Les librairies et les bibliothèques, enfin, regorgent d’ouvrages pédagogiques qui vous aideront à progresser. Voix parlée et voix chantée y sont souvent abordées ensemble.
Je vous en propose trois – parmi bien d’autres- que l’on trouve assez facilement et qui sont à la fois simples et pratiques :

Trouver sa voix de L.J. Rondeleux éd. Seuil, 1977
La technique vocale tout simplement de H. Pata éd. Eyrolles,
ABC de la voix de C.Guedj éd. Grancher.

9782738108104FS

Plus Le guide de la voix du docteur Yves Ormezzano
Odile Jacob 2000
Un livre vraiment très complet qui aborde tous les aspects de la voix. Il y a même un gros chapitre sur la voix au cours de la vie du bébé au vieillard. 430 pages denses avec des illustrations, un index et un bibliographie en prime.

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : TOUS A LA BILIOTHEQUE

Trouver, choisir et renouveler son répertoire de danses, de jeux et de chansons

Pour les professionnels comme dans le cadre familial, le premier obstacle à une pratique riche et vigoureuse des activités liées à la musique avec les enfants, est peut-être la difficulté à trouver, choisir et renouveler son répertoire. Pour la résoudre, rien n’égalera en richesse et en pertinence vos recherches en bibliothèque parce que dans ces lieux vous allez rencontrer… des bibliothécaires. Certes tous ne sont pas spécialistes de la musique pour enfants mais dans chaque bibliothèque vous en trouverez au moins un ou une qui saura vous guider.

Vous voulez danser avec des enfants de 3 ans ? Essayez ça et ça. Des comptines sur le thème de la nature et des saisons ? Ces trois-là sont vraiment bons. Des berceuses africaines ? Pas d’hésitation, prenez celui- là. Vous pouvez même venir avec des demandes vagues, juste une envie d’essayer autre chose, vous serez écouté et conseillé.

le-magicien-s'ennuie

Je vois encore quatre bénéfices évidents à la fréquentation des bibliothèques :

1. Vous pouvez être gourmand, goûter à tout, essayer sans craindre de vous tromper. (1)

2. Vous pouvez également fouiller les rayons livres et trouver des ouvrages à propos des comptines et de leur histoire, des recueils de jeux pour l’éveil musical, des bouquins plus théoriques sur tel ou tel domaine, des activités musicales etc.

3. Vous pouvez rencontrer devant les bacs et entre les rayons des personnes qui ont les mêmes préoccupations que vous et engager des échanges fructueux. La bibliothèque n’est pas qu’un « temple du savoir » réservé à une élite, c’est aussi un lieu propice à l’enrichissement de notre vie sociale.

4. Les enregistrements épuisés, rares, indisponibles, hors de prix etc. font souvent partie des trésors de nos chères bibliothèques. Il faudra toutefois peut-être en visiter plusieurs avant de trouver le graal. Certaines d’entre-elles ont encore dans leurs bacs (ou dans les réserves) des vinyles et des K7 !

(1) : Quand un CD vous a vraiment plu , s’il est encore disponible, s’il-vous-plaît, ne le copiez pas, achetez-le.

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : CHANSONS D’AILLEURS

Pour un répertoire ouvert sur le monde

Au cours des siècles passés, la France s’est signalée à plusieurs reprises comme ardent défenseur de l’universel. La diffusion à l’échelle mondiale de l’idéal des Droits de l’Homme en est le plus bel exemple. Mais l’universalité à la française ne fait pas que s’exporter, elle est bien présente dans les rues de nos villes. Pays d’accueil, l’hexagone est ouvert sur le monde.
Les rayons musique pour enfants des bibliothèques en témoignent à leur façon. Je ne me lancerai pas ici dans une discographie commenté (quelques pistes quand même en fin de chronique), les bibliothécaires vous guideront dans vos recherches. Je voudrais juste attirer votre attention sur les deux principales bonnes raisons qu’il y a à ouvrir son répertoire aux cultures du monde.

world

D’abord créer des liens avec les familles issues de l’immigration. Une comptine chantée dans la langue d’origine des parents résout parfois bien des problèmes de communication. Le modèle français d’accueil des étrangers a toujours été fondé sur l’intégration plus que sur le communautarisme – le thème est d’actualité ! Les enfants et la musique sont deux médiateurs de premier choix quand les cultures se rencontrent. D’une part, cet échange (je t’offre mes chansons et j’apprends les tiennes) modère la possible brutalité d’une demande d’intégration trop intransigeante. D’autre part, la prise en compte de la culture de celui qui arrive (ici de sa musique) le sécurise et fait reculer la tentation communautaire .

Deuxièmement, l’écoute de ce répertoire « exotique » ouvre l’enfant sur le foisonnement musical propre à l’humanité. La sonorité de la langue, le timbre des instruments , les mélodies et les rythmes varient d’une culture à l’autre. Plus un enfant entendra de musiques d’origines diverses, plus sa sensibilité sera fine et ouverte, et plus son potentiel musical sera large. Le mettre en contact avec cette richesse est aussi un premier pas vers la découverte et la prise en compte de la diversité des cultures elles-mêmes.

Enfin il ne faut pas s’imaginer qu’une musique très différente des nôtres rebutera à priori les enfants, ils sont toujours très réceptifs à la nouveauté. Probablement plus que beaucoup d’adultes ! (1)

REPERES DISCOGRAPHIQUES

9782278071333-T

- Chez Didier Jeunesse, la collection « Comptines du Monde » (13 titres à ce jour) propose des livres-disques très bien illustrés et joliment réalisés avec des arrangements et une direction musicale de grande qualité (pour la plupart dus à Jean-Christophe Hoarau ou Paul Mindy). Certains titres existent aussi en CD simples. « Comptines du Jardin d’Eden, 28 comptines juives », mon préféré, sera bientôt chroniqué dans la rubrique « La discothèque idéale de Mr Mandarine » .

- Chez ARB music vous trouverez des CD thématiques proposant les comptines de plus d’une trentaine de pays et régions du monde interprétées par des artistes locaux.

(1) : Je pense au poète Khalil Gibran qui dans son célèbre livre « Le prophète » écrivait, parlant des enfants :  » Vous pouvez tenter d’être comme eux, mais n’essayez pas de les rendre comme vous. »

Un peu hors sujet mais pas tout à fait quand même (tu parles d’un titre !) : FATRAS

Pour inaugurer ma rubrique fourre-tout, je vous propose une petite sélection de citations relatives à la musique que j’ai glanées ici et là au hasard de mes lectures. Pas tout à fait hors sujet donc, mais un peu quand même.

henri_michaux

D’abord le poète Henri Michaux. Avec une remarquable économie (12 mots ! ) il rend le plus bel hommage à la musique que je connaisse: « Musique, merveille qui sûrement précéda le feu. On en avait autrement besoin. « 

Du même: « Adulte accompli, le mammifère ne joue plus, ou si peu. En l’homme toutefois, être au développement lent, le jeu finement insinué, ayant eu le temps de devenir important, ruse pour survivre autrement qu’en traces, et cherche et parfois trouve, au milieu de conduites d’adulte, une nouvelle organisation ludique … Il y a ce qu’on appelle musique.« 

Et oui, après tout, les adultes sont des enfants comme les autres.

Connaissez-vous Ursula K. Leguin ? J’adore cette femme, elle écrit des romans magnifiques. J’y pêche souvent quelques perles, comme celle-ci: « La musique est un art coopératif, organique par définition, social ; c’est peut-être la plus haute forme de comportement social dont nous soyons capables. »

L’antiquité, grande pourvoyeuse de sagesse, sera représentée ici par le philosophe stoïcien Epictète: « La nature a doté l’homme d’une langue et de deux oreilles pour qu’il écoute deux fois plus qu’il ne parle. »

Pour une sagesse plus pratique, rien ne vaut les proverbes. Celui-ci est polonais:
« Si tu vas dans la voiture de quelqu’un, tu chantes sa chanson. »

Et pour les sagesses orientales, je vous propose ce petit bijou du poète Li Po:
« Vous me demandez ce qu’est le suprême bonheur ici-bas ? C’est d’écouter la chanson d’une petite fille qui s’éloigne après vous avoir demandé son chemin. »

Un peu d’humour à présent:

Woody-allen-06
« Un mélomane est quelqu’un qui entend Ornella Mutti chanter dans sa salle de bain, qui s’approche du trou de la serrure et y colle son oreille. »

« Elle chante tellement faux que même les sourds refusent de regarder ses lèvres bouger. » Woody Allen

« Quand elle s’est mise à jouer, Steinway s’est déplacé en personne pour rayer son nom du piano. » Bob Hope

« Je ne connais absolument rien à la musique, mais dans mon domaine ça n’est pas nécessaire. » Elvis Presley

Et pour finir, une citation de Joubert, juste pour faire de la peine à mes amis batteurs (enfin, ceux qui savent lire): « Le son du tambour dissipe les pensées; c’est pour cela même que cet instrument est éminemment militaire. »

Je ne vais pas vous infliger les références de tous les bouquins ou une bibliographie des recueils de citations, mais juste un titre quand même: « La boîte citations d’humour » Chiflet et compagnie. C’est vraiment très bon.