Archive | avril, 2015

UN PEU HORS-SUJET MAIS PAS TOUT A FAIT QUAND MÊME : LES BALS FOLKS POUR ENFANTS / LE GROUPE TOURNEVIRE

Précisions liminaires que l’on peut passer si l’on sent qu’on ne va pas avoir le temps de lire toute la chronique

Connaissez-vous les bals folks ? Très populaires pendant les années 70, la pratique a décliné au cours des années 80 et aujourd’hui elle est n’est restée vraiment vivace que dans certaines régions de France, dans d’autres elle a pratiquement disparu – pas de nom, je ne veux oublier (et fâcher) personne. Le magazine Trad’Mag et quelques sites spécialisés vous donnerons toutes les informations utiles pour trouver les lieux et les dates. Si je commence par ces précisions c’est parce que rien ne vaut l’expérience concrète pour comprendre de quoi il s’agit si vous ne connaissez pas les bals folks. En gros : lisez ces lignes pour avoir une petite idée et allez danser pour en avoir une meilleure.

visuel-tournevire

A priori, c’est une activité réservée aux « grands », les pas sont souvent trop compliqués pour les enfants. Cela dit, l’esprit de ces fêtes est très familial et il n’est pas rare que l’on inclue d’une façon ou d’une autre les enfants dans certaines danses; en tout cas, ils sont toujours les bienvenus.
En dehors de certains bals spécialisés dans les danses d’une seule région (le Fest-Noz breton par exemple) le répertoire des bals folk est souvent éclectique, on y danse aussi bien des danses des régions de France (An-dro breton, bourrée berrichonne ou auvergnate, fandango basque etc.) que des danses du monde, proches (tarentelle italienne, contredanse anglaise) ou plus lointaines (danses d’Israël, du Québec, d’Amérique du Sud). On y danse même souvent des branles et autres danses en chaîne de la renaissance.
Ce qui est singulier dans ces bals c’est que vous pouvez y aller sans rien connaître aux danses traditionnelles, vous en ressortirez avec quelques pas – on vous les aura spontanément appris -, de nouveaux amis et une folle envie d’y retourner. La convivialité est le maître mot de ces fêtes, c’est un merveilleux antidote à l’individualisme et au « petit groupe exclusif-centré sur lui-même » qui sévissent aujourd’hui. Sans compter, vous vous en rendrez vite compte, que les danses traditionnelles sont souvent « physiques » (surtout quand on débute !) et qu’une heure de cette activité vaut bien un long jogging du dimanche matin, en beaucoup plus joyeux et convivial.

Maintenant, la chronique pour de bon.

adem-tournevire-eveil-musical

Commençons par un résumé en quelques phrases du projet de Tournevire : « Faire la fête en dansant avec ses amis au son des musiques traditionnelles du monde entier. » « Un authentique bal folk où les enfants et tous ceux qui ont su le rester sont les rois. » « Un bal en forme de joyeux tour du monde musical pour faire découvrir, en s’amusant des danses, des figures, des pas mêlés à l’écoute de sonorités nouvelles. »
Quelques mots sur la démarche :  » L’originalité de Tournevire est d’avoir misé sur la valeur à la fois ludique et pédagogique des musiques traditionnelles. L’ensemble s’est constitué au fil des années un répertoire riche et varié composé de danses des pays du monde entier. Tout en conservant le caractère de chacune, Tournevire les adapte pour qu’elles puissent être aisément répétées et dansées par les enfants : une démarche originale pour leur faire découvrir la richesse des musiques en s’initiant à la pratique de la danse collective dans une ambiance résolument festive. »
On ne compte plus les CD (parfois des collections entières) présentant au jeune public les musiques du monde qu’elles soient lapones, papoues, vénézuéliennes, berrichonnes, que sais-je encore. Tournevire contribue à cette louable entreprise avec talent. Les musiques sont bien choisies et très bien interprétées. Les instruments utilisés sont les classiques d’un ensemble de musique traditionnelle standard : flûtes, violon, accordéon, guitare, contrebasse. Les arrangements, toujours au service de la danse, sont cependant suffisamment variés pour qu’on puisse écouter la musique pour elle-même.

394
Mais c’est surtout la qualité de ses propositions pédagogiques qui fait de Tournevire une formation de premier plan. L’équilibre entre respect des danses telles qu’elles sont (ou souvent étaient) dansées traditionnellement et leur adaptation aux possibilités des enfants est remarquable. Les bals de Tournevire dans cette perspective marient le plaisir de la fête à une certaine exigence. On s’amuse beaucoup sans pour autant faire n’importe quoi sur la musique. A ce propos et pour conclure, inutile de préciser – mais je l’écris quand même ! – que si les disques sont très bien faits, rien ne vaut un vrai bal. Alors si Tournevire passe par chez vous, ne manquez pas la fête.
Le groupe vient de sortir son cinquième album. Ils sont tous dédiés aux danses traditionnelles du monde adaptées aux enfants. Tous sont disponibles et fréquents dans les bibliothèques. Pour en savoir plus, rendez-vous sur l’excellent site de l’ADEM dont le groupe fait partie intégrante.

Post-scriptum
Qu’on peut ne pas lire si effectivement le temps manque pour une lecture intégrale.

D’autres groupes se sont lancés dans le bal folk pour enfants. Aucun à ma connaissance n’a réussi comme Tournevire.
Souvent les dansent sont trop compliquées pour être acquises rapidement et ne peuvent être appréciées par les enfants que dans le cadre d’ateliers réguliers. La pratique des danses traditionnelles est une excellente activité, mais l’esprit du bal folk d’aujourd’hui est tourné vers la fête ouverte à tous et pas uniquement aux spécialistes qui connaissent déjà tous les pas.
D’autres formations proposent des danses mieux adaptées, mais la musique est jouée sans grâce ni swing (voir faux et pas en place !) soit par excès d’arrangements « hors sujet » ou par incompétence – ces musiques en effet paraissent souvent faciles à jouer pour des amateurs enthousiastes ou des musiciens issus d’autres univers musicaux mais bien entendu, ça n’est pas le cas.
Cela dit, je suis peut-être passé à côté de bons groupes de bal folk pour enfants. Si vous trouvez quelque chose du même tonneau que Tournevire, je compléterai cette chronique avec enthousiasme.

DISCOGRAPHIE
Les CD peuvent être commandés à l’ADEM ( http://assadem.free.fr http://assadem.free.fr/productions/tournevire/cd_tout.htm ) ou chez le distributeur : ADF-STUDIO SM (www.adf-bayardmusque.com)

LA CHANSON DU MOIS : LA CANNE, LE CHAPEAU, LE PARAPLUIE

soundcloud       La canne, le chapeau, le parapluie / Traditionnel arr. : B.Viquesnel

C’est au départ une petite danse en file très simple, les danseurs miment les trois objets puis avancent en rythme. Cette petite mélodie toute simple se prête bien au jeu des entrées de voix successives et à toutes sortes de variations. Il est possible, voir recommandé, de changer les paroles selon les besoins et les envies. Elle peut par exemple, pour agrémenter un spectacle, faire une bonne petite ritournelle pour arriver ou quitter la scène. Les paroles dans ce cas peuvent être remplacées par des shoubi-shoubidou ou autres onomatopées « swing ».

Paroles :

La canne, le chapeau, le parapluie
Et un, et deux, et un, deux, trois.

Soprano: Elodie Saint
Alto : Sarah Lecarpentier
Ténor : Benoît Viquesnel
Basse : Denis Lefrançois

La partition à télécharger

PORTRAIT D’ARTISTE : ALAIN GIBERT

Alain est un explorateur, un curieux, un gourmand. Le jazz, l’Auvergne, la fantaisie, l’improvisation, l’amitié, la fidélité et la moustache sont, entre autres, des repères utiles pour cerner un peu cet étonnant musicien.

A-Gibert_JSLP2011_800w
Comme la plupart des musiciens qui proposent des chansons pour les enfants, Alain Gibert n’a pas toujours travaillé en direction de ce public et quand il s’y est mis, il a continué ses projets musicaux foisonnants destinés aux plus grands. (1) Sa rencontre avec Steve Waring dans les années 80 a, semble-t-il, été déterminante et les enfants ont depuis ce temps un nouvel oncle ou un nouveau grand-père, ou mieux, un nouvel ami à leur côté qui invente des chansons hors norme et souvent géniales.
Comme d’habitude, je ne vais pas m’attarder sur la biographie de l’artiste du jour. Une discographie commentée qui donne envie d’écouter leur musique est, je crois, ce qui fait le mieux la promotion de mes chouchous. Toutefois je voudrai dire un mot des qualités humaines attachées au travail d’Alain Gibert. Ses thèmes sont souvent très proches de la simple réalité quotidienne; jamais de grandes envolée lyriques sur les grands thèmes sempiternels (la citoyenneté, les différences, les belles valeurs républicaines, etc.) ou à la mode (l’écologie, les pays du tiers-monde, etc. ) . Même quand il s’échappe au pays de l’absurde, il reste près de nous. Ses compositions et ses arrangements sont parfois déconcertants, mais jamais ésotériques. Sa voix enfin, qui n’est ni très puissante, ni très juste, ni même joliment timbrée est d’une sincérité, d’une simplicité magnifique. Il travaille pourtant avec Steve Waring et André Ricros, des voix solides s’il en est, des amis proches aussi qui sans doute auraient interprété les chansons de ses albums avec plaisir. Mais non, il les chante lui-même, comme il peut et c’est bien comme ça.
En fait, il est assez difficile de déterminer avec précision ce qui donne cette impression de proximité, ce sentiment d’avoir à faire à une « belle personne » généreuse et sincère, enthousiaste et fraternelle. Mais qu’importe, tant pis pour les explications, c’est l’émotion qui compte.

(1) : Pour les curieux, allez faire un tour sur le site inmemoriamalaingibert.fr.

Discographie

Voici maintenant la discographie du bonhomme. Savourez bien ses contes et ses chansons, il n’y en aura plus d’autres. Le 23 juin 2013, Alain Gibert est mort. C’est sans doute pour ça qu’il a tant plu cet été-là.
Je ne présente ici que les CD pour le jeune public. Vous trouverez le reste de sa discographie sur le site inmemoriamalaingibert.fr.

Le roi démonté opéra pour enfants
Alain Gibert et Steve Waring
Auvidis 1992
Les deux compères ont écrit un conte malicieux. Steve le raconte et le chante; Alain a composé les musiques. Un chœur d’enfants et une demi-douzaine de musiciens sont à l’œuvre pour réaliser ce beau projet qui fut d’abord un spectacle avant d’être un disque.

alain-gibert-je-4.

L’ombre du zèbre n’est pas rayée
Contes nègres de Blaise Cendrars
Abbi Patrix, compagnie du cercle
Auvidis 1993
Avec son collègue Bernard Chèze, Alain Gibert a composé et interprété la musique qui accompagne les 7 contes qui sont l’objet de cet excellent CD. C’est magistral, jamais invasif, toujours au plus près de la narration et quelle musique !

000317

Pticado
Auvidis 1996

Gibert-Alain-Pticado-CD-Album-263051_ML14 chansons pour un album très personnel. À part Christian Ville à la batterie et aux percussions et Steve et Alice (sa fille) Waring qui sont venus chanter quelques notes, Alain Gibert a tout fait tout seul, paroles, musiques, arrangements et tous les instruments. Pour vous donner une idée de l’univers fantaisiste de maître Gibert, je vous détaille le sommaire de cet opus :

Pticado : Pour encourager à aller sur pot.

Néné : Rien ne va chez ce Néné, les vaches ne savent pas ce qu’elles veulent manger, la mobylette ne sait pas quoi boire pour carburer, la machine à laver ne veut rien laver, la moissonneuse- batteuse ne sait pas ce qu’elle veut moissonnébatter etc.

Petit loup : Une berceuse

Le bain : Boire le shampoing, faire pipi, faire des bulles avec les fesses et puis … Mais qu’est-ce qui flotte dans mon bain ! Pas très ragoûtante la chanson, mais tellement réaliste.

Les bisous : Qu’est-ce qu’on achète pour un bisou ? Une petite chanson de rien du tout.

La soupe : Soyons positif, la soupe c’est bon.

Le Léobard : C’est un conte. Le Léobard est un ogre terrible. Marie et Jocelyn, prisonniers du monstre, aidés par Julie, la femme du Léobard, échappent à la casserole en mangeant des tonnes de soupes aux choux -qu’ils détestent. Mais le Léobard déteste aussi et du coup il ne mange pas les enfants.

Les gros rôts : Sans commentaire.

Balalîn balalon : Une petite merveille surréaliste ou la sonorité des mots compte plus que leur sens.

Le rondeau de Léa : Chanson à danser d’après un thème traditionnel.

Marion : Chanson douce pour préparer la venue du petit frère ou de la petite sœur.

Monsieur Singer : Un peu énigmatique, cette chanson est accompagnée au lithophone (Les pierres qui chantent)

Bonhomme hiver : Chanson d’hiver poétique entièrement construite sur une seule rime (« son ») .

L’inspecteur des bébés : Il se prétend sévère, mais c’est le genre d’inspecteur qu’on aimerait rencontrer plus souvent.

Contes du hasard domestique
Modal 1999contes-du-hasard-domestique

Alain Gibert n’est pas que musicien, c’est aussi un excellent conteur. De sa grand-mère qui lui en a raconté beaucoup (en patois auvergnat) lui vient l’envie de raconter des histoires. Il en propose cinq ici de son invention.
L’album se conclut par un message important à l’adresse des enfants : demandez à vos grands-parents de vous raconter toutes leurs histoires. Ça vous fera un stock de base pour réjouir vos petits enfants. Si vous n’avez pas de grand-mère, Alain Gibert vous prête la sienne !

Chansons à dormir couchées 15 berceuses
Modal 2003

gibertchansonsadormircouche
Cet album écrit à deux voix avec son complice André Ricros – qui chante et compose ses chansons en occitan – est, à mon goût sa plus belle réussite. Nombre réduit d’instruments (trombone, clarinettes, accordéon diatonique, guitare et quelques percussions), des arrangements qui comme un vêtement léger et élégant habillent au mieux les chansons, des textes tantôt joliment poétiques, tantôt franchement loufoques, voilà en quelques mots ce qui attend l’heureux auditeur qui s’abandonnera à ces berceuses. Cela dit, si toutes les chansons abordent de près ou de loin le thème du sommeil, certaines ont un rythme bien enlevé qui ne favorisera guère l’endormissement.

Jean de la grive conte musical
Musique et arrangements : Alain Gibert  / Texte : André Ricros
L’Auvergne imaginée-Victorie musique 2009

Jean-de-la-Grive-Conte-musical_medium

Ce disque est la musique d’un spectacle créé en 2006 à Clermont-Ferrand. 7 musiciens jouent, chantent et racontent cette histoire un peu folle. C’est à partir de 6 ans qu’on l’appréciera.
Le conte a de nombreux ingrédients traditionnels : trois frères pour une princesse à marier, un roi, des épreuves, un monstre (le dinocroserpentiyo) qui terrorise la région, un sorcier, une fée, etc.
La musique de maître Gibert est interprétée principalement par des instruments à vent : trombone, saxophones, clarinette, ophicléide, mélodica, cabrette. Un excellent batteur, un poil de guitare basse et voilà.

Catherine Paris chante Madame la poule
L’Auvergne imaginée 2011

auve_02_3

(1) : A qui l’on doit « Petite alouette » et « Belles pommes d’or », deux albums sublimes. Je leur ai consacré une chronique au rayon « discothèque idéale ».

Par ailleurs, Alain Gibert a participé de façon déterminante à presque tous les disques de Steve Waring. Outre son travail de musicien interprète – trombone, balafon, guitare, percussions, mélodica et j’en passe – il participe aux arrangements et écrit une partie des textes et des musiques. Il prend même la direction artistique sur certains albums « Le colporteur », « Pouce » ou « rond pays » par exemple.